La gare de Budapest interdite aux migrants

0
La gare de Budapest interdite aux migrants mardi 01 septembre 2015. (ATTILA KISBENEDEK/AFP)
La gare de Budapest interdite aux migrants mardi 01 septembre 2015. (ATTILA KISBENEDEK/AFP)

Les autorités hongroises ont ordonné mardi l’évacuation de la principale gare de Budapest où des centaines de migrants voulaient monter dans des trains pour rejoindre l’Autriche ou l’Allemagne, alors que l’Europe reste divisée face à sa plus grande crise migratoire depuis la Deuxième Guerre mondiale.

La gare de Keleti a ensuite rouvert, mais pour les non-migrants seulement, la police n’y laissant entrer que les détenteurs de titres de transport, de papiers d’identité et de visas, a constaté un journaliste de l’AFP.

L’évacuation, qui s’est effectuée sans incident, a ensuite provoqué, une manifestation spontanée de 200 migrants devant la gare, criant «Allemagne, Allemagne!», et «Nous voulons partir!».

«Aucun train n’arrivera ni ne partira de la gare de Keleti jusqu’à nouvel ordre. Nous demandons à tout le monde de quitter les lieux», avait auparavant annoncé un message diffusé par haut-parleur.

«Je suis furieux», a déclaré Haider, un Afghan de 31 ans, déchirant son billet de train. «Pourquoi les Hongrois ne nous laissent-ils pas tout simplement partir? J’ai travaillé comme traducteur pour l’armée américaine pendant quatre ans».

La décision d’évacuation de la principale gare de Budapest pour les liaisons internationales est intervenue alors que quelque 500 migrants essayaient de monter, dans le chaos, à bord du dernier train qui devait partir pour Vienne à 7 h 10 GMT (3 h 10, heure de Montréal).

La veille, les autorités hongroises avaient fini par autoriser les candidats à l’exil à quitter leurs camps improvisés à l’extérieur des gares de la capitale.

Conséquence : un total de 3650 migrants, dont beaucoup sans visas, sont arrivés lundi à Vienne, un record cette année pour une seule journée, a annoncé mardi la police autrichienne.

«Nous vérifions actuellement combien parmi eux sont des demandeurs d’asile», a déclaré à l’AFP le porte-parole de la police autrichienne, Patrick Maierhofer.

Un grand nombre d’entre eux a passé la nuit de lundi à mardi dans la gare de Westbahnhof à Vienne, espérant poursuivre leur voyage vers l’Allemagne, qui a assoupli la semaine dernière les conditions d’octroi du statut de réfugiés aux Syriens fuyant leur pays.

D’autres migrants ont pu monter lundi dans un train à destination de la ville autrichienne de Salzbourg, d’autres de Munich, dans le sud de l’Allemagne.

«Le plus grand défi pour l’Europe»

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy (d) et la Chancelière allemande Angela Merkel, lors d’une conférence de presse, le 1er septembre 2015 à Berlin. (AFP/TOBIAS SCHWARZ)
La crise migratoire est «le plus grand défi pour l’Europe pour les années à venir», a estimé mardi le premier ministre espagnol Marian Rajoy à Berlin, alors que le continent connaît son plus grand mouvement migratoire depuis la Deuxième Guerre mondiale, avec l’afflux de populations fuyant la guerre, les persécutions et la pauvreté au Moyen-Orient et en Afrique.

Plus de 350 000 migrants ont traversé la Méditerranée depuis janvier, et 2643 personnes sont mortes en mer après avoir tenté de rallier l’Europe, a annoncé mardi l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), à Genève.

Mais les 28 pays membres de l’Union européenne restent divisés face à l’escalade de la crise, avant une nouvelle réunion d’urgence prévue le 14 septembre.

Plusieurs responsables occidentaux ont récemment critiqué les pays de l’Est membres de l’UE pour leur peu d’empressement à participer à l’accueil de migrants.

De son côté, la chancelière allemande Angela Merkel a averti lundi à Berlin que l’échec d’une réponse à la crise mettrait en péril les idéaux mêmes de l’Union européenne.

«Si l’Europe échoue sur la crise des réfugiés, (le) lien avec les droits civils universels sera cassé, il sera détruit», a-t-elle dit.

Elle a implicitement critiqué des pays comme la Slovaquie. «Si nous commençons à dire « je ne veux pas de musulmans », cela ne peut pas être bon», a-t-elle dit.

En pointe sur le dossier de la crise ces derniers temps, Mme Merkel a appelé une nouvelle fois à la mise en place de quotas d’accueil par pays européen pour les migrants qui arrivent en Europe, une idée rejetée par de nombreux États.

L’Allemagne s’attend à devoir recevoir 800 000 demandes d’asile cette année, quatre fois plus qu’en 2014.

Les personnes se rendant par la route de Hongrie en Autriche devaient quant à elles continuer mardi à patienter dans de gigantesques bouchons près de la frontière. La police arrête chaque camion, fourgon ou voiture, dans le but de mettre la main sur des trafiquants d’êtres humains.

Ces mesures ont été mises en place dimanche soir, trois jours après qu’un camion abandonné a été découvert dans l’État du Burgenland, près de la frontière avec la Hongrie, avec 71 cadavres en décomposition.

Les commentaires sont fermés.