La ville de Regina accorde le Droit de cité à 7 unités

36
Armée, marine et aviation ont défilé pour leur droit de Cité à Regina. (Major Mike Lagace/38 GBC)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Armée, marine et aviation ont défilé pour leur droit de Cité à Regina. (Major Mike Lagace/38 GBC)
Armée, marine et aviation ont défilé pour leur droit de Cité à Regina. (Major Mike Lagace/38 GBC)

Le samedi 12 septembre, à 13h20, le public s’est retrouvé devant l’hôtel de ville de Regina (Saskatchewan) pour observer des unités militaires exercer leur droit de cité. 

Des représentants des unités militaires suivantes ont ainsi marché de la rue Scarth, le long de l’avenue Victoria jusqu’à la mairie:

• Le Royal Regina Rifles
• 10e Régiment d’artillerie
• 38e Régiment de transmissions – détachement de Regina
• 38e Bataillon des services
• 16e Ambulance de campagne
• 15e Escadre Moose Jaw
• NCSM Queen

«Cette tradition est importante dans la reconnaissance de la relation entre nos militaires et nos collectivités locales», a déclaré à cette occasion, le brigadier-général Wayne Eyre, commandant de la 3e Division du Canada.

«C’est la la première fois, en Saskatchewan, que les Forces armées canadiennes se réunissent et font un droit de cité. En général, c’est juste une unité. Aujourd’hui, vous avez vu dans le défilé sept unités différentes», a expliqué le commandant du Royal Regina Rifles, le lieutenant-colonel Vic Sattler.

Au cours de la journée, le public a pu voir plusieurs expositions militaires, des démonstrations ainsi qu’un défilé aérien mené par la 2e École de pilotage des Forces canadiennes à partir de la 15e Escadre Moose Jaw.

Le Droit de cité remonte au 15e siècle – quand les villes étaient constamment sous la menace quand des soldats débarquaient en ville. Le commandant du détachement se rendait alors jusqu’à la mairie où il expliquait au conseil pourquoi ses troupes étaient là. Si le conseil le croyait et lui accorder leur confiance, les soldats avaient la liberté d’entrer.

Désormais, cette pratique permet aux Villes de reconnaître l’importance d’une unité en lui donnant le droit de défiler dans la ville avec tambours et musique, drapeaux déployés et baïonnettes aux canons.