Mer de Chine: Pékin réaffirme son droit au maintien de sa souveraineté

Le président chinois Xi Jinping fait un discours à Seattle, le 22 septembre 2015 lors de sa visite d'État aux États-Unis. (AFP/MARK RALSTON)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le président chinois Xi Jinping fait un discours à Seattle, le 22 septembre 2015 lors de sa visite d'État aux États-Unis. (AFP/MARK RALSTON)
Le président chinois Xi Jinping fait un discours à Seattle, le 22 septembre 2015 lors de sa visite d’État aux États-Unis. (AFP/MARK RALSTON)

Le président chinois Xi Jinping a réaffirmé vendredi, aux côtés de son homologue américain Barack Obama, le droit de Pékin au maintien de sa souveraineté territoriale sur une partie de la mer de Chine méridionale, théâtre de tensions entre voisins asiatiques.

Lors d’une conférence de presse commune à la Maison Blanche, le président Obama a lui dénoncé une nouvelle fois la militarisation que Pékin opèrerait dans cette région cruciale pour la navigation et les échanges internationaux.

Des îles de la mer de Chine méridionale sont des territoires chinois depuis des temps immémoriaux. Nous avons le droit de maintenir notre souveraineté territoriale et nos droits et intérêts maritimes juridiques et légitimes, a déclaré le président Xi devant la presse.

Pékin revendique des droits sur la quasi-totalité de la mer de Chine et y mène d’énormes opérations de remblaiement, accélérant depuis un an la transformation de récifs coralliens en ports et en infrastructures diverses.

Washington et des pays asiatiques redoutent notamment un coup de force du géant chinois qui lui donnerait le contrôle, à partir de l’archipel des Spratleys, sur l’une des routes maritimes les plus stratégiques du globe.

Nous avons des inquiétudes concernant les opérations de remblaiement et la militarisation de zones disputées qui rend plus difficile un règlement pacifique des désaccords entre pays de la région, a affirmé M. Obama, en allusion aux pays d’Asie du sud-est notamment qui ont des contentieux territoriaux avec la Chine.