Syrie: l’Iran a présenté son plan de paix à Damas (responsable)

Le président syrien Bachar al-assad. (Archives/SANA)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
130209-syrie-bachar-al-assad
Le président syrien Bachar al-assad (Archives/SANA)

Téhéran, principal allié régional de Damas, a présenté son plan de paix pour la Syrie au président Bachar al-Assad, a affirmé jeudi un responsable iranien, estimant que toute initiative devait tenir compte du « rôle pivot » du chef de l’Etat syrien.

« Une feuille de route a été présentée lors de la visite du chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif en Syrie (le 12 août). Il s’agit d’une vision préliminaire d’une solution politique à la crise en Syrie », a déclaré le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollahian, en visite à Damas.

Il s’exprimait au cours d’une conférence de presse avec son homologue Fayçal Moqdad, à l’issue d’une rencontre avec le président Assad.

« Le plan avait été présenté au président Bachar al-Assad qui a salué cette initiative politique constructive de l’Iran », a poursuivi le responsable iranien, selon la traduction en arabe de ses propos.

« Les deux parties se sont mises d’accord pour étudier ces idées de manière approfondie et constructive », a poursuivi M. Abdollahian.

Lors de sa rencontre jeudi avec ce responsable, M. Assad a « salué les efforts et les contacts menés par l’Iran pour trouver une issue à la crise syrienne », renouvelant sa « confiance » en son allié, selon l’agence officielle syrienne Sana.

L’Iran apporte au régime syrien une importante aide financière et militaire avec notamment la présence de conseillers sur le terrain.

Le responsable iranien n’a révélé aucun détail du plan. Il a toutefois souligné que « pour réussir, tout projet visant à résoudre la crise syrienne » doit tenir compte du « rôle primordial et pivot d’Assad ».

Le départ du président est le principal point d’achoppement entre les pays appuyant le régime de Damas comme la Russie et l’Iran, et la plupart des puissances occidentales et arabes qui soutiennent l’opposition syrienne depuis la révolte de 2011.

Tous les plans de paix proposés par l’ONU ou les grandes puissances ont jusqu’à présent échoué, butant sur le sort de M. Assad.

M. Abdollahian avait rencontré mercredi à Beyrouth le médiateur de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura.

L’Iran avait salué un plan de M. de Mistura soutenu unanimement par le Conseil de sécurité de l’ONU à la mi-août et visant à favoriser un règlement politique en Syrie.

L’initiative, qui doit démarrer au cours de ce mois de septembre, devrait permettre la mise en place de quatre groupes de travail sur la sécurité et la protection, le contre-terrorisme, les questions politiques et légales ainsi que la reconstruction.