Une page Wikipédia vandalisée par un ordinateur de la Défense nationale

0
Un puissant virus informatique contamine des ordinateurs en Ukraine (BAE Systems Applied Intelligence)
Un puissant virus informatique contamine des ordinateurs en Ukraine (BAE Systems Applied Intelligence)

Quelqu’un à la Défense nationale n’a semble-t-il pas beaucoup de travail à faire. Un ordinateur identifié comme appartenant à un «établissement de recherche de la Défense à Ottawa» a en effet servi pour vandaliser récemment une page Wikipédia sur les réfugiés syriens. Mais ce n’était pas la première fois!

150918-wiki-refugies

L’adresse IP 131.137.245.208 a en effet récemment effectué des changements sur une page Wikipédia sur les réfugiés de la guerre civile syrienne. Dans une partie indiquant le nombre de réfugiés dans différents pays, le vandale a ainsi écrit qu’il y a «plus de 300 familles avec de très grands godes» en Argentine.

Une trentaine de minutes plus tard, un autre utilisateur a supprimé ces modifications.

Le ministère de la Défense nationale a indiqué à 45eNord.ca qu’il prenait «très au sérieux ces allégations» et que la modification «ne représente pas le point de vue du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes».

La chaîne de commandement a donc été informé de ces faits et une enquête a été ordonné en vertu de la DOAD 6002-2 sur l’«Utilisation légitime d’Internet, de l’intranet de la défense, d’ordinateurs et d’autres systèmes d’information».

La directive précise que «les employés du MDN et les militaires sont tenus de respecter les normes éthiques et les valeurs les plus élevées lorsqu’ils utilisent Internet, l’intranet de la Défense, les ordinateurs et d’autres systèmes de TI».

L’adresse IP utilisée a cependant été citée à plusieurs reprises pour vandalisme au cours des 4 dernières années. Par exemple, en août 2014, une des modifications concernait la page des politiques canadiennes en matière d’armes. Dans la section des objets interdits, l’utilisateur avait rajouté une citation: «Jamais! Si je veux une réplique [d’arme], je me procurerai une réplique».

En février dernier, le ministère avait lancé une enquête et arrêté un membre des Forces armées canadiennes à propos d’un autre cas de vandalisme, dans l’affaire de l’adolescente Rehtaeh Parsons qui s’était enlevée la vie, après avoir été intimidée.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.