Yémen: nouvelles frappes aériennes de la coalition arabe sur Sanaa

0
Riyad avait lancé le 26 mars des frappes pour stopper la progression des Houthis qui aurait permis à cette milice issue de l'importante minorité zaïdite d'étendre son emprise sur tout le territoire du Yémen, frontalier de l'Arabie saoudite, pays qui compte aussi une minorité chiite (Archives/Fayez Nureldine/AFP)
Riyad a lancé le 26 mars des frappes pour stopper la progression des Houthis qui aurait permis à cette milice issue de l’importante minorité zaïdite d’étendre son emprise sur tout le territoire du Yémen, frontalier de l’Arabie saoudite, pays qui compte aussi une minorité chiite (Archives/Fayez Nureldine/AFP)

La coalition arabe sous commandement saoudien qui soutient le gouvernement yéménite a mené samedi des raids aériens intensifs sur des positions rebelles à Sanaa, ont indiqué des témoins.

Cette intensification des frappes intervient alors que l’ONU a annoncé de nouvelles négociations de paix entre les protagonistes la semaine prochaine.

Selon des témoins, les raids ont visé des dépôts d’armes, des résidences et des camps militaires dans le nord de la capitale yéménite qui est contrôlée par les rebelles chiites Houthis, soutenus par l’Iran. Aucun bilan de ces raids n’a encore été publié.

Dans la province de Marib, à l’est de Sanaa, des raids aériens de la coalition ont visé deux convois rebelles tuant 23 combattants, selon des sources militaires progouvernementales. Aucun bilan de source indépendante n’a pu être obtenu dans l’immédiat.

Depuis un tir de missile qui a tué le 4 septembre plus de 60 soldats de la coalition arabo-sunnite dans la province de Marib, des raids aériens visent continuellement des positions rebelles dans la région de Sanaa et gagnent en intensité de jour en jour.

Les Emirats arabes unis ont indiqué samedi avoir rapatrié du Yémen 52 martyrs tués par ce missile. Ce pays avait affirmé auparavant avoir perdu 45 soldats.

Le médiateur de l’ONU pour le Yémen Ismaïl Ould Cheikh Ahmed a annoncé jeudi la tenue la semaine prochaine dans la région de nouvelles négociations de paix à laquelle le gouvernement et les rebelles chiites Houthis ont accepté de participer selon lui.

Le gouvernement yéménite en exil a confirmé sa participation. Les Houthis, eux, n’ont toujours pas fait connaître leur position.

Les Etats-Unis se sont félicités de l’annonce de l’ONU.

Toutes les parties doivent retourner à la table des négociations afin de mettre rapidement un terme au conflit et s’entendre sur une voie qui puisse arrêter la souffrance du peuple yéménite, a affirmé le porte-parole du département d’Etat John Kirby.

Les derniers pourparlers de paix en juin à Genève s’étaient soldés par un échec, alors que le conflit a fait depuis mars près de 4.400 morts, selon l’ONU. Environ 1,3 million de Yéménites ont été déplacés et 21 millions ont besoin d’aide ou de protection

Les commentaires sont fermés.