Bateau iranien chargé d’armes pour le Yemen: « propagande», selon Téhéran

La coalition arabe conduite par l’Arabie saoudite qui intervient au Yémen en soutien au gouvernement a affirmé le 30 septembre 2015 avoir intercepté en mer d’Oman un bateau de pêche iranien chargé d’armes destinées aux rebelles chiites yéménites Houthis. (Zaman)
Temps de lecture estimé : 1 minute
La coalition arabe conduite par l’Arabie saoudite qui intervient au Yémen en soutien au gouvernement a affirmé le 30 septembre 2015 avoir intercepté en mer d’Oman un bateau de pêche iranien chargé d’armes destinées aux rebelles chiites yéménites Houthis. (Zaman)
La coalition arabe conduite par l’Arabie saoudite qui intervient au Yémen en soutien au gouvernement a affirmé le 30 septembre 2015 avoir intercepté en mer d’Oman un bateau de pêche iranien chargé d’armes destinées aux rebelles chiites yéménites Houthis. (Zaman)

L’Iran a qualifié de « propagande » l’annonce par la coalition arabe conduite par l’Arabie saoudite au Yemen, de la saisie d’un bateau iranien bourré d’armes destiné aux rebelles chiites Houthis, selon l’agence officielle Irna.

« Ces accusations sont clairement de la propagande » et relèvent d’une « guerre psychologique sans fondement », indique Irna qui cite « une source informée » au ministère iranien des Affaires étrangères.

La coalition arabe « a recours à un scénario éculé maintes fois répété », a-t-elle ajouté, affirmant que les rebelles n’avaient pas besoin d’armes iraniennes.

La coalition a affirmé mercredi avoir intercepté en mer d’Oman un bateau de pêche iranien chargé d’armes destinées aux Houthis, en violation d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU qui interdit les livraisons d’armes aux rebelles du Yémen.

Selon la coalition, parmi les équipements saisis figurent 18 obus antiblindés, 54 obus antichars BGM17 et des système de guidage de tirs. Outre le capitaine, 14 Iraniens étaient à bord de ce bateau, enregistré comme embarcation de pêche.

Cette annonce de la coalition est intervenue dans un contexte de tensions entre Ryad et Téhéran, notamment à la suite du drame du pèlerinage de La Mecque dans lequel 464 Iraniens ont trouvé la mort.