Irak: l’offensive à Ramadi stoppée par les intempéries (armée)

Une patrouille des forces irakiennes à Ramadi, le 4 février 2014 (Archives/Azhar Shallal/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des soldats irakiens à Ramadi, le 21 mai 2014 (Azhar Shallal/AFP)
Des soldats irakiens à Ramadi, le 21 mai 2014 (Azhar Shallal/AFP)

Les pluies torrentielles qui sont récemment tombées sur l’Irak ont conduit à l’arrêt des opérations militaires pour reprendre la ville de Ramadi (ouest) au groupe jihadiste Etat islamique (EI), a indiqué vendredi un haut responsable de l’armée.

« Les opérations militaires pour libérer Ramadi se sont arrêtées à cause du temps », a affirmé Ismaïl Mahalawi, le général du Commandement des opérations de la province d’Al-Anbar, dont Ramadi est la capitale.

« La pluie et l’humidité ont entraîné l’explosion de centaines d’engins explosifs et d’objets piégés laissés par Daech (un acronyme en arabe de l’EI) », a-t-il dit à l’AFP.

« Ceci a conduit à l’arrêt des opérations à Ramadi parce que nous voulons éviter des blessures », a ajouté M. Mahalawi, précisant que l’offensive reprendrait à partir de la semaine prochaine.

Un autre haut responsable militaire a ajouté que le mauvais temps perturbait les frappes aériennes quotidiennes de l’armée irakienne et la coalition internationale menée par les Etats-Unis autour de Ramadi.

Depuis mercredi soir, Bagdad et différentes régions du pays, dont la Province d’al-Anbar à l’ouest de la capitale, connaissent de violents orages et averses.

Des milliers de personnes ont été évacuées vers des abris provisoires quand les tentes qui les abritaient après avoir fui les violences à Anbar ont été balayées par les pluies.

Les opérations pour reprendre Ramadi ont été lentes à démarrer mais les forces irakiennes ont resserré l’étau sur l’EI ces dernières semaines. Les quelques centaines de combattants jihadistes encore dans la ville sont entièrement encerclés par l’armée irakienne et ses alliées.