Syrie: l’aviation russe va intensifier ses frappes en vue d’une offensive terrestre de l’armée syrienne

Selon le ministère russe de la Défense, des avions Su-34, Su-24M et Su-25 ont effectué 25 sorties en Syrie du 4 au 5 octobre 2015 pour «désorganiser la chaîne de commandement et à endommager la logistique des 'terroristes'». (ministère russe de la Défense)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un Sukhoï armé sur la base de Hmeymim  le 5 octobre 2015 près de la frontière turco-russe. (ministère russe de la Défense)
Un Sukhoï armé sur la base de Hmeymim le 5 octobre 2015 près de la frontière turco-russe. (ministère russe de la Défense)

Les frappes de l’aviation russe en Syrie vont s’intensifier pour permettre de préparer une offensive terrestre de l’armée de Bachar al-Assad contre le groupe État islamique (EI), a annoncé mercredi Vladimir Poutine, après une semaine de bombardements qui ont visé 112 cibles des djihadistes.
—-
Mise à jour au 07/10/2015 à 15h19

L’intervention de la Russie en Syrie est entrée mercredi dans une nouvelle phase avec le début d’une vaste offensive terrestre par l’armée syrienne, revigorée par les frappes menées par l’aviation et désormais la marine russe. Elle a permis à l’armée syrienne de lancer mercredi « une vaste opération terrestre » dans « le nord de la province de Hama », dans le centre du pays a annoncé une source militaire à Damas.Les soldats syriens interviennent « avec la couverture aérienne russe », a précisé cette source, alors que Vladimir poutine lui-même annonçait que les prochaines opérations russes seraient désormais « synchronisées » avec celles des forces syriennes.

—-

Nous savons à quel point les opérations de ce genre — antiterroristes — sont compliquées. Et bien sûr, il est encore tôt pour tirer des conclusions, mais ce qui a été fait jusque là mérite une très bonne appréciation, a déclaré le président Vladimir Poutine lors d’une rencontre avec le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, retransmise à la télévision.

Depuis le 30 septembre jusqu’à ce jour, les frappes ont touché 112 cibles. L’intensité des frappes augmente, s’est félicité M. Choïgou.

Le président russe a également évoqué une possible offensive terrestre de l’armée syrienne contre l’EI, affirmant que les prochaines opérations militaires russes dans le pays seront synchronisées avec celles des forces gouvernementales.

Le ministre de la Défense a en outre souligné que quatre croiseurs russes de la flottille de la Caspienne ont tiré mercredi 26 missiles de croisière sur 11 cibles de l’EI en Syrie, les détruisant toutes. M. Choïgou n’a pas précisé d’où avaient tiré les navires.

La Russie a évoqué plus tôt mercredi la possibilité de mettre en place une coordination de ses frappes en Syrie avec celles de la coalition internationale menée par les États-Unis, alors que les tensions sont fortes entre Moscou et Ankara, qui accuse l’aviation russe de violer son espace aérien.

La Russie, fidèle allié du régime de Damas, mène des frappes en Syrie pour venir en aide au régime et ses avions frappent l’EI, qui contrôle la moitié du territoire syrien, ainsi que les groupes rebelles islamistes et ceux dits modérés qui se trouvent notamment à la lisière de la frontière turque.

Les États-Unis sont quant à eux à la tête d’une coalition d’une soixantaine de pays, qui procède depuis plus d’un an à des frappes quotidiennes contre l’EI en Syrie et en Irak voisin, sans parvenir à venir à bout du groupe jihadiste.