Syrie: nouvelles frappes russes sur 10 cibles de l’EI à Jisr Al-Shugur, Maarrat Al-nu’man et Idlib (VIDÉOS)

Moscou et Occidentaux continuent à s'affronter sur les cibles, mais les chasseurs russes Su-24M and Su-25 n'en poursuivent pas moins leurs frappes (Compte twitter/@RT_com)
Temps de lecture estimé : 5 minutes
Moscou et Occidentaux continuent à s'affronter sur les cibles, mais les chasseurs russes Su-24M and Su-25 n'en poursuivent pas moins leurs frappes (Compte twitter/@RT_com)
Moscou et Occidentaux continuent à s’affronter sur les cibles, mais les chasseurs russes SU-34, SU-24M et SU-25 n’en poursuivent pas moins leurs frappes (Compte twitter/@RT_com)

Les forces russes ont mené ces dernières 24 heures de nouvelles frappes sur 10 cibles du groupe État islamique (EI) en Syrie, étendant leur campagne aérienne dans ce pays, a-t-on annoncé de source officielle russe.

« Sur les dernières 24 heures, des avions SU-34, SU-24M et SU-25 ont effectué 20 sorties », a annoncé le ministère russe de la Défense. « Dix cibles d’infrastructures des bandits de l’EI ont été frappées », a-t-il ajouté, ajoutant que les forces russes étaient en train d’étendre leur campagne de bombardements. « Dix cibles d’infrastructures des groupes de bandits de l’EI ont été frappées », a-t-il ajouté, ajoutant que les forces russes étaient en train d’étendre leur campagne de bombardements.

Les frappes ont visé selon le ministère des cibles dans la province d’Idleb (nord-ouest) – où selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) l’EI n’est pas présent -, ainsi que dans la province de Raqa (nord-est), fief du groupe jihadiste.

Selon le ministère, les SU-25 ont attaqué un camp d’entraînement dans la province d’Idleb et ont « détruit les repaires des terroristes et un atelier de fabrication d’explosifs, dont des ceintures explosives ».

Нанесение удара по лагерю подготовки боевиков #ИГИЛ, расположенного в лесном массиве в районе КЕСЛАДЖУК, провинция #ИДЛИ…

Posted by Минобороны России on dimanche 4 octobre 2015

Les chasseurs russes ont également bombardé huit cibles de l’EI dans la zone de Jisr al-Choughour dans la province d’Idleb, selon le communiqué.

Le ministère a précisé que les avions russes ont à nouveau lâché de puissantes bombes pénétrantes. « Quatre postes de commandement des groupes armés de l’EI ont été détruits à l’aide des bombes BETAB-500 », qui transpercent le béton, a précisé le ministère.

Нанесение удара по командному пункту террористов ИГИЛ, расположенному в горной местности западнее 13 км города ДЖИСР-ЭШ-…

Posted by Минобороны России on dimanche 4 octobre 2015

Un poste de commandement et un dépôt de munitions ont également été visés près de la ville de Maarrat Al-nu’man, dans la province d’Idleb.

Нанесение трех последовательных авиационных ударов по складу боеприпасов и пункту управления боевиков в районе МААРЕТ-ЭН…

Posted by Минобороны России on dimanche 4 octobre 2015

En outre, des bombardiers SU-34 ont attaqué un camp d’entraînement et un dépôt de munitions de l’EI dans la province de Raqa, lâchant des bombes téléguidées et détruisant le camp, selon le ministère.

La Russie affirme que ses frappes sont dirigées uniquement contre le groupe Etat islamique mais Ankara et ses alliés occidentaux accusent Moscou de concentrer ses attaques sur les forces syriennes modérées.
Les raids aériens russes ont visé, notamment,

Réaction outrée de la Turquie

La campagne de frappes que la Russie mène en Syrie est « inacceptable », a déclaré pour sa part dimanche le président turc Recep Tayyip Erdogan, estimant que Moscou commettait « une grave erreur ».

Il a prédit que la campagne russe en Syrie allait « isoler la Russie dans la région à terme et n’augure rien de bon ».

Le président turc a souligné que « la Russie mais également l’Iran défendent » le régime de Bachar al-Assad « qui mène une politique de terrorisme d’État » en Syrie.

Cameron appelle la Russie à changer de cap

Chez les Occidentaux, Le Premier ministre britannique David Cameron a appelé la Russie à « changer de cap » en Syrie.

« Je leur dirais: +changez de cap, rejoignez-nous pour attaquer (le groupe) EI mais reconnaissez que si nous voulons une région stable, nous avons besoin d’un autre dirigeant qu’Assad », a-t-il déclaré dimanche sur la BBC.

« De manière tragique, la plupart des frappes aériennes russes, autant que nous avons pu constater jusqu’ici, ont été effectuées dans des zones en Syrie qui ne sont pas contrôlées par l’EI mais par d’autres opposants au régime », a-t-il dit.

« Ils appuient le boucher Assad, ce qui est une terrible erreur pour eux et pour le monde. Cela va rendre la région encore plus instable, cela conduira à davantage de radicalisation et une hausse du terrorisme », a-t-il ajouté.

La Grande-Bretagne toujours prête à s’engager en Syrie

Ces déclarations interviennent alors que le Royaume-Uni a décidé de doubler la flotte de ses drones, en remplaçant ses dix « Reaper » par vingt « Protector » dotés d’une technologie plus moderne.

Ces nouveaux drones, combinés à de nouveaux équipements pour ses forces spéciales, vont permettre au pays « d’être prêt à faire face à toute menace contre sa sécurité nationale », a dit M. Cameron dans le journal dominical Sunday Telegraph.

Sur la BBC, il a répété que Londres, qui a mené une première frappe de drone en Syrie fin août visant un jihadiste britannique de l’EI, était disposé à mener d’autres frappes de drones dans ce pays à l’avenir en cas de menace pour sa sécurité nationale.

M. Cameron a obtenu l’an dernier l’aval du Parlement pour mener des frappes en Irak dans le cadre de la coalition internationale contre l’EI. Il compte obtenir un vote en faveur de l’élargissement de cette mission à la Syrie.

À la suite de plusieurs dirigeants occidentaux, le Premier ministre français Manuel Valls a appelé pour sa partdimanche Moscou à « ne pas se tromper de cibles » en frappant d’autres organisations que l’EI.

« Il faut frapper les bonnes cibles, et en l’occurrence Daech (autre nom pour l’EI). Si Daech est cet ennemi qui s’attaque à nos sociétés, et c’est vrai évidemment pour la France, ça peut être vrai aussi pour la Russie, donc c’est bien Daech qu’il faut frapper (…), et nous invitons chacun à ne pas se tromper de cibles », a-t-il déclaré au cours d’un voyage au Japon.

Mais le porte-parole du président russe Vladimir Poutine a déploré dimanche que les Occidentaux n’aient jusqu’à présent pas réussi à expliquer à Moscou ce qu’ils considéraient comme « opposition modérée ».

En Syrie, un porte-parole de l’«opposition tolérée» arrêté

Par ailleurs, les autorités syriennes ont arrêté dimanche Mounzer Khaddam, un dirigeant de l’opposition tolérée par le régime, quelques jours après avoir critiqué les frappes russes en Syrie.

M. Mounzer est membre du comité exécutif et chef du bureau de presse du Comité de coordination pour le changement national et démocratique (CCCND), un des groupes de l’opposition de l’intérieur en Syrie.

Jeudi, M. Khaddam avait critiqué sur sa page Facebook les frappes menées depuis la veille par la Russie contre des jihadistes et des groupes rebelles en Syrie.

« Le règlement de la crise syrienne n’est pas imminent comme le pensent certains rêveurs et l’intervention russe complique (le conflit) davantage », avait-il écrit.

Il a ajouté que la présence militaire russe allait agir comme un « aimant » pour les djihadistes voulant combattre en Syrie.

Quant à Bachar al-Assad, il pourrait s’exprimer sur l’intervention de la Russie, qu’il n’a jusqu’à présent pas commentée, à l’occasion d’un entretien à une télévision iranienne dont la diffusion est prévue dimanche après-midi.

Au pouvoir depuis 15 ans et survivant des révoltes qui ont éliminé plusieurs chefs d’État arabes, le dirigeant syrien, qui vient de fêter ses 50 ans, se sent conforté par cette intervention dans sa stratégie consistant à se présenter comme le seul rempart face à l’EI.

*Avec AFP