Test de missile: Téhéran a probablement violé une résolution de l’ONU (Maison Blanche)

À la Journée de l'industrie de la Défense, à Téhéran, ce 22 août 2015, le président iranien Hassan Rohani a déclaré que seuls les pays avec suffisamment de puissance de dissuasion peuvent garantir la paix pour leurs nations. (Présidence iranienne)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Une photo fournie par le site officiel du président iranien, Hassan Rouhani, le montre (G) en compagnie du ministre de la Défense, Hossein Dehghan (C) pour présenter le missile 313 appelé Fateh (Vainqueur), lors de la journée de l'industrie de défense à Téhéran, le 22 août 2015. (Présidence iranienne/AFP)
Le président iranien, Hassan Rouhani, en compagnie du ministre de la Défense, Hossein Dehghan, pour présenter le missile 313 appelé Fateh (Vainqueur), lors de la journée de l’industrie de défense à Téhéran, le 22 août 2015. (Présidence iranienne)

Le test par l’Iran d’un nouveau missile longue portée guidé a probablement été effectué en violation d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, a estimé mardi la Maison Blanche.

« Nous avons de fortes indications selon lesquelles ce test de missile a violé une résolution du Conseil de sécurité », a déclaré Josh Earnest, porte-parole de l’exécutif américain. « Malheureusement, ce n’est pas nouveau », a-t-il ajouté, le département d’Etat précisant de son côté qu’il entendait soulever la question à l’ONU.

L’Iran, qui possède plusieurs types de missiles d’une portée de 2.000 kilomètres capables d’atteindre Israël, a annoncé dimanche ce test d’un nouveau missile sans toutefois en préciser la portée exacte.

« Nous ne demandons l’autorisation de personne pour augmenter notre capacité défensive et balistique et nous poursuivons notre programme (…) avec détermination », a déclaré le ministre de la Défense, le général Hossein Dehghan.

M. Earnest a tenu à souligner que ce dossier était « complètement distinct » de l’accord sur le nucléaire iranien conclu entre Téhéran et les grandes puissances en juillet.

« Dans un contraste marqué avec les violations répétées du Conseil de sécurité de l’ONU relatives à leurs missiles balistiques, nous avons constaté au cours des deux dernières années que l’Iran (…) respectait ses engagements pris dans le cadre des négociations sur le nucléaire », a-t-il dit.

Téhéran affirme que ses missiles balistiques sont purement défensifs, ne sont pas conçus pour transporter des armes nucléaires, et ne sont donc par conséquent visés par aucune résolution de l’ONU.