F-35: le Canada continuera de payer sa cotisation au programme de développement

0
La US Navy a reçu son premier F-35: CF-6 (Photo: Lockheed Martin)
Un F-35 de la US Navy (Archives/Lockheed Martin)

Même si le gouvernement libéral de Justin Trudeau a promis qu’il n’achèterait pas d’avions de chasse F-35, en raison notamment de son coût, le Canada continue et continuera de prendre part au programme de développement de l’avion de 5e génération.

Dans la lettre de mandat du ministre de la Défense nationale, Justin Trudeau demandait à Harjit Sajjan de «travailler de concert avec la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement au lancement d’un appel d’offres ouvert et transparent pour le remplacement du chasseur CF-18, en misant sur des options qui répondent aux besoins du Canada en matière de défense».

Le Canada contribue toutefois depuis 1997 au Programme d’avions de combat interarmées F-35.

Ce programme englobe la conception, la production et l’entretien d’un chasseur furtif polyvalent. La participation canadienne au processus a ainsi permis à l’industrie canadienne, notamment du Grand Montréal, de s’installer solidement dans la chaîne d’approvisionnement de l’avion de chasse F-35 de Lockheed Martin.

Le gouvernement fédéral canadien a versé jusqu’ici 309,3 millions $US au Programme. Le dernier paiement en mai 2015 était de 20,6 millions $US et le prochain versement doit être fait au début de l’exercice financier, soit en mai 2016, comme l’a confirmé à 45eNord.ca le ministère de la Défense nationale.

«À l’heure actuelle, le Canada participe au programme ACI, et le prochain paiement annuel est prévu au printemps de 2016, pour l’exercice financier en cours aux États-Unis».

Selon les mises à jour de l’été 2014, 33 entreprises avaient des contrats en cours d’une valeur de 637 millions $US (env. 850 millions $). Ces contrats portent notamment sur la cellule, la propulsion, l’outillage, les logiciels et les systèmes de mission et les possibilités à venir sont de 10 milliards $US supplémentaires.

À court terme, la production d’avions doit se poursuivre à un rythme régulier d’environ 35 avions par année. Si les entreprises canadiennes continuent de démontrer qu’elles offrent le meilleur rapport qualité-prix, Industrie Canada estime pouvoir «raisonnablement s’attendre à ce que la valeur des contrats continue d’augmenter, alors que […] la valeur des possibilités devrait rester stable ou diminuer légèrement».

Lorsque le rythme de production sera à sa vitesse de croisière, les entreprises canadiennes pourront tirer profit du nombre proportionnellement plus élevé de bons de commande et de contrats associé à la production accrue, tant qu’elles continuent à offrir le meilleur rapport qualité-prix.

Après 2020, Industrie Canada s’attend à ce que les entreprises canadiennes puissent également tirer profit des contrats de soutien, puisque la flotte des partenaires sera importante, tant en Amérique du Nord qu’à l’échelle mondiale, et qu’elle nécessitera des travaux de maintenance et de réparation ainsi que de la formation.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER #OpIMPACT #OpLENTUS

Les commentaires sont fermés.