Arabie saoudite: crash d’un F-16 bahreïni près de la frontière du Yémen

15
Un F16 en vol. (AFP/Archives/JUAN BARRETO)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un F16 en vol. (AFP/Archives/JUAN BARRETO)
Un F16 en vol. (AFP/Archives/JUAN BARRETO)

Un avion de combat F-16 de l’armée de l’air bahreïnie, qui participait à la coalition anti-rebelles au Yémen, s’est écrasé mercredi en Arabie saoudite en raison d’un problème « technique », a annoncé la coalition sous commandement saoudien.

Le pilote de l’avion qui s’est écrasé dans la région de Jazan (sud-ouest de l’Arabie saoudite), près de la frontière yéménite, est sain et sauf, a précisé une déclaration de la coalition, relayée par l’agence officielle saoudienne SPA.

Avant la chute du F-16, Bahreïn avait annoncé mardi la mort de trois de ses militaires, deux capitaines et un sergent, dans « un incident à la frontière sud de l’Arabie saoudite ». Le communiqué militaire bahreïni ne donnait aucune autre précision.

Ces décès ont porté à huit le nombre de militaires bahreïnis tués depuis le début en mars de l’intervention de la coalition arabe au Yémen, qui vise à contrer des rebelles chiites accusés de liens avec l’Iran.

Les régions saoudiennes frontalières du Yémen sont souvent la cible de tirs en provenance de ce pays et plus de 80 personnes, dont des civils, y ont péri depuis mars.

Le Maroc fait aussi partie de la coalition arabo-sunnite qui combat les rebelles Houthis. Le 10 mai dernier, un des six F-16 marocains engagés dans la coalition s’était écrasé dans des circonstances qui n’ont pas été totalement élucidées: les rebelles avaient affirmé avoir abattu l’appareil, tandis que la coalition avait assuré qu’il s’agissait d’un problème technique ou d’une erreur humaine. Le pilote était mort.

La coalition est intervenue au Yémen pour mener d’abord des frappes aériennes puis des opérations terrestres dans le but de soutenir militairement les forces loyales au gouvernement internationalement reconnu qui affrontent les Houthis.

Ces derniers se sont emparés depuis l’an dernier de larges pans du territoire yéménite, dont la capitale Sanaa. Outre l’Arabie saoudite, Bahreïn et le Maroc, d’autres pays comme les Emirats arabes unis, le Koweït, le Qatar, l’Egypte et le Soudan participent à la coalition menée par Ryad.

Des dizaines de militaires de la coalition, principalement émiratis, ont péri dans la guerre au Yémen.

Depuis mars, ce conflit a fait quelque 6.000 morts, 28.000 blessés et 2,5 millions de déplacés.