CF-18 et forces spéciales canadiennes en renfort des Kurdes lors d’une contre-attaque majeure

0
74
Un CF-18 en vol au-dessus de l'Irak, le 30 octobre 2014. (U.S. Air Force/Staff Sgt. Perry Aston)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le major-général Charles Lamarre, Directeur d’état-major, État-major interarmées stratégique, donne les détails de l'attaque de l'EI sur des positions kurdes.
Le major-général Charles Lamarre, Directeur d’état-major, État-major interarmées stratégique, donne les détails de l’attaque de l’EI sur des positions kurdes.

Lors d’une attaque de grande ampleur des djihadistes du groupe armé État islamique, les CF-18 et les forces spéciales canadiennes se sont retrouvés à prendre part à une contre-offensive majeure.

Deux CF-18 ont ainsi frappé une position de combat appartenant à l’EI, au nord-ouest de Mossoul, la deuxième plus grande ville du pays, tombée aux mains du «califat autoproclamé» de l’EI en juin 2014. Plusieurs médias américains rapportent que des avions américains, britanniques et français se sont également joints à l’effort pour contrer l’attaque des djihadistes contre les Kurdes, sur plusieurs fronts, durant plus de 17 heures! Il y aurait eu au moins 25 frappes aériennes de la Coalition, selon les autorités militaires kurdes.

«Ceci était un événement significatif, sur la base de l’ampleur de ce qui s’est passé […]  C’est le plus gros événement dans lequel les Forces armées canadiennes dans le Nord [de l’Irak] ont été impliqué», a indiqué le major-général Charles Lamarre, Directeur d’état-major à l’État-major interarmées stratégique, lors d’un point de presse réalisé à la toute dernière minute jeudi soir.

«Les attaquants ont été en mesure de s’infiltrer brièvement dans les positions défensives des FSK [forces de sécurité kurdes]. Nos forces ont alors conseillé les FSK et les ont aidées à lancer une contre-attaque et à rétablir leurs lignes défensives […] Ces actions mettent en valeur les contributions précieuses qu’ont apportées nos forces aux FSK et à la lutte contre l’EIIL. Tous les Canadiens peuvent tirer fierté du professionnalisme de nos membres et des efforts de la coalition», a déclaré le ministre de la Défense nationale Harjit Sajjan par voie de communiqué.

C’est en début d’après-midi mercredi 16 que l’EI a envoyé des centaines des siens prendre d’assaut cinq positions près de Mossoul (Nawaran, Bashiqa, Tel Aswad, Khazr et Zardik) tenues par les forces kurdes, dans le nord de l’Irak. Ils ont notamment utilisé des tirs indirects d’artillerie, des véhicules piégés, des kamikazes et des troupes au sol. Après avoir effectué plusieurs brèches, les Kurdes ont réussi avec l’aide des conseillers des forces spéciales canadiennes à les contenir au cours de la nuit, avant finalement de les repousser au petit matin.

Il n’y a eu aucune victime à déplorer du côté des Forces armées canadiennes, mais plusieurs le sont du côté des forces kurdes. Les Canadiens ont fourni de l’aide médicale sur place en plus du triage. Au moins 70 combattants de l’EI ont également trouvé la mort dans les affrontements.

Le major-général Lamarre a dit qu’il est encore trop tôt pour spéculer si ce style d’attaque marque une tendance émergente dans les capacités tactiques de l’EI.

Il y a 69 membres des forces spéciales dans le nord irakien, mais les Forces armées canadiennes refusent de préciser si tous ont pris part au combat ou non.

L’attaque de l’EI intervient alors même que le Secrétaire à la Défense américain Ashton Carter était en Irak. Il a rencontré aujourd’hui Massoud Barzani, à Erbil, capitale du Kurdistan irakien située à moins d’une centaine de km de Mossoul.