«Frapper le serpent à la tête»: liste des 10 cadres de l’EI tués par la coalition en décembre et leur rôle

0

151229-Charaffe-al-MouadanCharaffe al Mouadan, alias Aba Souleymane, tué le 24 décembre dans une frappe américaine en Syrie.

Il y a deux façons de s’y prendre, bombarder à tout va, avec ce que cela entraîne de morts chez les civils, ou frapper à la tête de l’EI: la coalition menée par les États-Unis, qui dit préférer « frapper le serpent à la tête », a communiqué la liste de 10 cadres dirigeants de l’EI tués en décembre.

Parlant mardi aux journalistes au Pentagone via satellite en direct de Bagdad, le colonel Warren, porte-parole de l’opération Inherent Resolve, a souligné que le Français Charaffe El Mouadan, membre du groupe État islamique lié directement à l’instigateur des attentats de Paris et qui a été a été tué cette semaine en Syrie, était loin d’être la seule cible importante touchée par les Américains en décembre.

Selon Warren, au moins dix cadres dirigeants du groupe armé État islamique, dont plusieurs avaient été impliqués dans la planification des attentats de paris, a été éliminée lors de frappes du 7 au 27 décembre.

« Frapper à la tête du serpent »

« En plus de nos opérations tactiques, nous frappons également à la tête de ce serpent et nous pourchassons et chasse et tuons les dirigeants de l’EI » a déclaré le porte-parole américain, qui a énuméré les neuf autres chefs djihadistes tués en décembre.

Tués le 7 décembre:

– Rawand Dilsher Taher, un facilitateur des opérations extérieures; et Khalil Ahmad Ali al-Wais, également connu comme Abu Wadhah de la province de Kirkouk, en Afghanistan.

Taher, tué le 7 décembre près de Raqqah, la Syrie, était un membre important de l’EI impliqué dans le commandement et le contrôle ainsi que la manipulation et le transfert de l’argent et de l’équipement.

Quant à lui, Abu Wadhad, l’émir de la province de Kirkouk pour l’EI, avait ciblé à plusieurs reprises les forces irakiennes et américaines. avait une a été tué le 7 décembre près Huwayjah, Irak.

Tuées le 8 décembre:

– Abou Anas, un expert en explosifs, a été tué le 8 décembre près de Kirkouk, en Irak. Sa mort, dit Warren « va perturber la capacité de l’EI pour mener des attaques à l’aide d,engins explosifs près de Kirkouk. »

Tué le 9 décembre:

– Yunis Khalash, alias Abu Jawdat, qui l' »émir » financier adjoint de l’EIL à Mossoul. Il a été tué le 9 décembre. Avec sa mort, l’EI va avoir la difficile tâche de chercher et trouver un remplaçant techniquement qualifiée et digne de confiance, souligne le porte-parole américain.

Mithaq Najim, vice-émir de l’EI dans la province de Kirkouk a également été tué le 9 décembre près d’Huwayjah, en Irak. « L’élimination de Najim perturbe la capacité de l’EI pour former, commander et maintenir des combattants dans la province de Kirkouk », a déclaré Warren.

Tué le 10 décembre:

– Basé en Syrie, le bangladais Siful Haque Sujan a été tué le 10 décembre près de Raqqah, la Syrie. Sujan était un planificateur des opérations externe et un ingénieur de systèmes informatiques formé au Royaume-Uni. Toujours selon Warren Sujan soutenait les activités de piratage de l’EI, la technologie anti-surveillance et le développement d’armes. « Maintenant qu’il est mort, l’EI a perdu un maillon essentiel entre les réseaux, » dit le porte-parole américain.

Tué le 12 décembre:

– Muhammad Akram Sa’ad Faris, aussi connu sous le nom de Akram Aabu, un commandant et un bourreau de l’EI a été tué le 12 décembre près de sa base d’opérations à Tal Afar, en Irak.

Tué le 26 décembre:

– Hakim Abdel Kader, un autre responsable des opérations extérieures de l’EI, a été tué le 26 décembre à Mossoul, en Irak. Hakim était un combattant et spécialiste chevronné des faux papiers qui avait des liens avec le réseau responsable des attentats de Paris. Il faisait également partie du groupe des opérations extérieures de l’EI, responsables des attaques contre des cibles occidentales. « Sa mort supprime un important facilitateur avec de nombreuses connexions en Europe, » a déclaré Warren.

Tué le 27 décembre:

-Et, finalement, Tashin Al-Hayali, un facilitateur des opérations extérieures, a été tué le 27 décembre près de Mossoul.

Pendant ce temps les Russes

Pendant ce temps, la direction de l’important mouvement rebelle Jaich al-Islam,en lutte contre le régime Assad, a été décimée par un raid de l’armée syrienne soutenu par les Russes, qui a tué son chef Zahrane Allouche

Allouche qui s’était rapproché de nous, avait condamné les attentats de Paris et approuvait la tenue de pourparlers inter-syriens dans l’esprit de la feuille de route pour la paix adoptée par le Conseil de sécurité le 19 décembre.

Alors que sa mort pourrait porter un coup sévère aux négociations espérées entre régime et opposants, plusieurs applaudissent sans réfléchir tout ce que font les Russes, fascinés par les bombardements…

En outre, les États-Unis se sont dit préoccupés mardi par le nombre de victimes civiles tuées en Syrie par des frappes aériennes russes aveugles, selon Washington.

«Les frappes aériennes russes en Syrie ont tué des centaines de civils, dont des secouristes, et touché des centres médicaux, des écoles et des marchés », a déclaré un porte-parole du département d’État, Mark Toner, citant des rapports provenant d’organisations crédibles de défense des droits de l’homme».

Nouvelliste et reporter à CKCV Québec et directeur de l’information à CFLS Lévis, dans les années 70, Jacques N. Godbout a aussi travaillé sur le terrain pour divers instituts de sondage. Intervieweur, animateur et recruteur, il a participé à plusieurs projets de recherche qualitative.

Les commentaires sont fermés.