Le mystère entourant un signal de détresse au milieu de l’Atlantique persiste

Un CC-130J Hercules Canada se prépare à atterrir à la 8e Escadre Trenton, en Ontario (Archives/Caporal Darcy Lefebvre/DDN)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Un CC-130J Hercules passe en rase-motte au dessus du Vieux-Port de Montréal, le 31 août 2012 (Photo: Nicolas Laffont)
Un CC-130J Hercules, le 31 août 2012 (Archives/Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Un signal de détresse capté à Halifax et qui a causé l’envoi de deux avions Hercules de la BFC Greenwood au milieu de l’Atlantique, vendredi 19, continue d’être un mystère.

Vendredi après-midi, le Centre de coordination des opérations de sauvetage (CCOS) à Halifax a capté un signal de détresse à bord d’un navire. Le signal provenait d’une zone située à 1.670 kilomètres à l’est de Saint-Jean (Terre-Neuve), et de 780 kilomètres de la côte des Açores.

Les équipes du 413e Escadron de transport et de sauvetage n’ont trouvé aucun signe de navire en détresse et les officiels ont mis fin à la recherche samedi après-midi, après environ 24 heures.

Dimanche, le major Martell Thompson du CCOS Halifax a indiqué que la balise a été trouvé, mais n’a pas encore pu être récupérer.

«Nous n’avons rien trouvé, pas de débris et nous passer le relais à l’équipe de sécurité afin qu’ils puissent enquêter, comprendre comment cette balise a pu fini au beau milieu de l’Atlantique. […] La météo dans la région n’était pas super, il y avait une mer assez agitée», a précisé le major Rhonda Stevens à la CBC. En cette période de l’année, les vagues peuvent être de sept à huit mètres de haut dans cette région de l’Atlantique.

Les balises de détresse peuvent être installés dans une variété de lieux à bord de navires, allant des radeaux de sauvetage à la timonerie.

La zone de recherche et sauvetage couverte par le Centre de coordination des opérations de sauvetage Halifax couvre les quatre provinces de l’Atlantique, dont la moitié est du Québec, la moitié sud de l’île de Baffin et le quadrant nord-ouest de l’océan Atlantique – soit environ 4,7 millions km².