Les chefs d’état-major russe et français se sont rencontrés à Moscou pour coordonner leur action

Le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, a rencontré mercredi 23 décembre 2015 à Moscou son homologue de la Fédération de Russie, le général Valéri Guérassimov.(État-major des armées/Ministère français de la Défense)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, a rencontré mercredi 23 décembre 2015 à Moscou son homologue de la Fédération de Russie, le général Valéri Guérassimov.(État-major des armées/Ministère français de la Défense)
Le général d’armée Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées, a rencontré mercredi 23 décembre 2015 à Moscou son homologue de la Fédération de Russie, le général Valéri Guérassimov.(État-major des armées/Ministère français de la Défense)

Selon les accords entre les présidents de la Russie et de la France ainsi que sur l’ordre des ministres de la Défense des deux pays, le général Valéri Guérassimov, chef de l’état-major général des Forces armées russes et premier vice-ministre de la Défense et le chef d’état-major des Forces armées françaises, le général d’armée Pierre de Villiers, se sont rencontrés à Moscou pour coordonner leur action.

Au cours de la réunion, qui a eu lieu le 23 décembre, « les parties ont échangé sur la situation en Syrie et ont fixé les orientations futures de la coopération dans la lutte contre le terrorisme international en créant un groupe de travail d’experts militaires des deux états-majors », rapporte le ministère russe de la Défense dans son communiqué sur cette rencontre.

Les parties ont convenu d’organiser l’échange d’informations opérationnelles pour la coordination des activités pour frapper plus efficacement efficace les centres de commandement, dépôt de matériel militaire, les voies d’approvisionnement des combattants djihadistes et les infrastructures du groupe armé État islamique en Syrie, explique les Russes.

C’était la première fois que les deux chefs d’état-major des armées français et russe se retrouvaient depuis la prise de fonction du général de Villiers, le 15 février 2014, a souligné de son côté le ministère français de la Défense.

Préalablement à cette rencontre, les deux officiers généraux avaient eu l’occasion de s’entretenir par téléphone, le 19 novembre et le 2 décembre 2015, pour faire un point de la lutte contre Daech en Syrie et aborder les questions liées à la déconfliction des zones de navigation aux larges des côtes syriennes, à l’occasion de l’engagement du porte-avions Charles de Gaulle en Méditerranée orientale, explique le ministère français de la Défense.

Le 21 décembre, deux jours avant la rencontre des deux chefs d’état-major,, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian avait rencontré à Moscou son homologue russe Sergueï Choïgou avec qui il avait convenu de renforcer les échanges « d’informations militaires » dans la lutte contre le groupe État islamique (EI).

Une telle coopération avait été évoquée par le président François Hollande lors de sa visite à Moscou fin novembre, mais elle était restée jusqu’ici largement symbolique.

Le général Guérassimov a aussi présenté à son homologue des informations concernant le pillage des ressources naturelles continue en Syrie, qui sont vendues pour financer les activités de l’EI, ainsi que le rôle de la Turquie dans ce processus, ajoute le communiqué russe, qui précise que la Russie et la France s’entendaient pour maintenir la Syrie comme État unifié et multiconfessionnel.

Les deux chefs militaires ont convenu de poursuivre les contacts bilatéraux.

1093 cibles en cinq jours

Par ailleurs, en cinq jours du 18 au 23 décembre, les forces aériennes russes ont frappé 1.093 cibles djihadistes en Syrie, a rapporté le ministère russe de la Défense.

Les avions militaires russes ont effectué 302 sorties et plus d’un millier de frappes aériennes sur les positions de Daech dans les provinces d’Alep, d’Idleb, de Deir ez-Zor, de Hama et de Homs,

Toujours selon la Défense russes, dans la province de Homs, un bombardier Su-24 a attaqué le matériel des terroristes de Daech. Selon les données du contrôle-objectifs reçues des drones militaires, six voitures tout-terrain équipées de mitrailleuses lourdes et trois camions des terroristes ont été détruits.

Dans la province d’Alep, un chasseur-bombardier Su-34 a détruit un poste de commandement du groupe terroriste Ahrar al-Sham.

Dans la province d’Idleb (vidéo ci-dessous) un bombardier Su-34 a détruit un important camp d’entraînement où se trouvait un grand nombre d’instructeurs venus des pays voisins de la Syrie.