Menace djihadiste à Genève : deux hommes arrêtés, des traces d’explosifs dans leur voiture

Les forces de sécurité patrouillent le 10 décembre 2015 à l'aéroport de Genève. (Richard Juilliart/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Les forces de sécurité patrouillent le 10 décembre 2015 à l'aéroport de Genève. (Richard Juilliart/AFP)
Les forces de sécurité patrouillent le 10 décembre 2015 à l’aéroport de Genève. (Richard Juilliart/AFP)

Deux hommes d’origine syrienne ont été interpellés vendredi à Genève, qui est en alerte renforcée en raison d’une menace djihadiste, et des traces d’explosifs ont été trouvées dans leur voiture, a annoncé la télévision publique suisse RTS.

Une opération de police est en cours sur le territoire suisse, sur une route menant à la frontière française, indique la RTS.

Un porte-parole de la police cantonale a confirmé vendredi soir à l’AFP qu’il y avait eu un « contrôle de véhicule » et que cette opération était à présent terminée.

Interrogé sur les interpellations annoncées par la télévision suisse, le porte-parole a refusé de les confirmer ou de les infirmer, renvoyant au Ministère public genevois.

Le Ministère public genevois n’était pas joignable dans la soirée.

Quatre hommes sont activement recherchés à Genève depuis mercredi à la suite d’informations fournies par un service de renseignement étranger.

Ces quatre suspects, dont la photo a été diffusée par des médias suisses, seraient liés au groupe Etat islamique.

Le Ministère public de la Confédération (MPC), qui est à Berne, a indiqué à l’agence ats n’avoir aucune connaissance d’arrestations « concernant (la) procédure pénale en cours ».

Le MPC a annoncé jeudi avoir ouvert une enquête pénale « sur la base d’une menace terroriste dans la région de Genève ». Le but principal des autorités « est d’empêcher un événement terroriste », selon la même source.

Malgré le relèvement du niveau d’alerte terroriste, aucune manifestation n’a pour le moment été annulée à Genève. La question se posait notamment pour les festivités de l’Escalade, qui réuniront ce week-end des milliers de personnes au centre-ville et se termineront dimanche par un grand défilé historique.

La Confédération a été informée d’une menace terroriste à Genève par un service de renseignement étranger, a précisé à la presse la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga. Selon elle, il n’existe pas d’indice que la Suisse soit actuellement une cible directe de l’Etat islamique, le groupe jihadiste qui a revendiqué les attentats qui ont fait 130 morts à Paris le 13 novembre.