Mer de Chine méridionale: un avion militaire australien a volé près de zones disputées

Vue aérienne en date du 11 mai 2015 de l'archipel des Spratleys en mer de Chine méridionale. (POOL/AFP/Archives/Ritchie B. Tongo)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Vue aérienne en date du 11 mai 2015 de l'archipel des Spratleys en mer de Chine méridionale. (POOL/AFP/Archives/Ritchie B. Tongo)
Vue aérienne en date du 11 mai 2015 de l’archipel des Spratleys en mer de Chine méridionale. (POOL/AFP/Archives/Ritchie B. Tongo)

Un avion militaire australien a récemment volé près de zones disputées en mer de Chine méridionale en invoquant auprès de la marine chinoise la « liberté de navigation », a révélé la BBC.

Cette mer est au coeur de tensions internationales depuis que Pékin, qui revendique des droits de souveraineté sur la quasi-totalité de la zone, a entrepris d’énormes opérations de remblaiement d’îlots, transformant des récifs coralliens en ports, pistes d’atterrissage et infrastructures diverses.

Washington avait aussi fait valoir sa liberté de navigation en envoyant fin octobre son destroyer lance-missiles USS Lassen à moins de 12 milles d’îlots artificiels construits par Pékin dans l’archipel disputé des Spratleys, provoquant la colère de la Chine.

La BBC a révélé mardi soir que l’aviation l’australienne avait également mené des opérations dans la zone, en publiant un enregistrement audio d’un pilote australien s’adressant à la marine chinoise.

« Marine chinoise, marine chinoise », entend-on dans cet enregistrement mis en ligne mardi soir. « Nous sommes un avion australien exerçant ses droits à la liberté de navigation dans l’espace aérien international conformément à la convention relative à l’aviation civile internationale et à la Convention des Nations unies sur le droit de la mer. Terminé. »

La BBC rapporte que ce message a été enregistré le 25 novembre en début d’après-midi par un de ses journalistes qui se trouvait à bord d’un appareil civil philippin. Elle précise que le pilote australien a répété plusieurs fois son message sans obtenir de réponse de la marine chinoise.

Le journal The Australian rapporte de son côté que l’avion australien n’a selon lui pas pénétré dans la zone de 12 milles autour des Spratleys revendiquées par Pékin.

Le ministère australien de la Défense a confirmé des patrouilles aériennes dans cette région.

« Un Orion AP-3C de l’armée de l’air australienne effectuait une patrouille maritime de routine dans la région dans le cadre de l’opération Gateway entre le 25 novembre et le 4 décembre », a déclaré à l’AFP ce porte-parole.

Il a précisé que cette opération Gateway impliquait des missions de surveillance dans le nord de l’océan Indien et la mer de Chine méridionale, dans le cadre d’une contribution australienne « au maintien de la sécurité et de la stabilité régionales en Asie du Sud-Est ».

De son côté, la BBC explique qu’elle avait loué un petit avion aux Philippines -un archipel qui a aussi des revendications en mer de Chine méridionale- pour filmer les chantiers chinois.

La mer de Chine méridionale est un carrefour de routes maritimes vitales pour le commerce mondial, et qui recèle potentiellement des réserves d’hydrocarbures.

Certaines zones sont également revendiquées par le Vietnam, la Malaisie, le sultanat de Brunei ainsi que les Philippines, qui se sont tournées vers la Cour permanente d’arbitrage de La Haye pour résoudre le conflit.