Nigeria: pied de nez à Buhari, Boko Haram attaque une ville-clé du nord-est du pays

0
50
Le président nigérian Muhammadu Buhari, le 15 septembre 2015 à Paris. (AFP/ERIC PIERMONT)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le président nigérian Muhammadu Buhari, le 15 septembre 2015 à Paris. (AFP/ERIC PIERMONT)
Le président nigérian Muhammadu Buhari, le 15 septembre 2015 à Paris. (AFP/ERIC PIERMONT)

Le groupe islamiste Boko Haram a attaqué une ville-clé du nord-est du Nigeria dimanche soir, ont déclaré des habitants à l’AFP, à quelques jours de la fin du délai que s’est fixé le président Muhammadu Buhari pour vaincre l’insurrection.
—-
Mise à jour au 28/12/2015 à 10h38

L’attaque d’une ville-clé du nord-est du Nigeria dimanche soir, attribuée au groupe islamiste Boko Haram, a fait 21 morts et 91 blessés, a annoncé lundi un responsable régional de l’Agence de gestion des situations d’urgence (Nema), d,autres responsables parlant même d’au moins 30 morts, ce qui porterait à plus de 50 le total des personnes tuées au cours des dernières 48 heures dans plusieurs attaques menées par Boko Haram dans le nord du Nigeria, à quelques jours de la fin du délai que s’était fixé le président Muhammadu Buhari pour vaincre l’insurrection du groupe islamiste.

—-

Des combattants de Boko Haram ont envahi Jiddari Polo, une localité située dans les faubourgs de Maiduguri, la capitale de l’État de Borno (nord-est), aux environs de 18h30 (17h30 GMT), ouvrant le feu et déclenchant des explosifs.

Il n’était pas possible dans l’immédiat de savoir si l’attaque du groupe affilié à l’Etat islamique avait fait des victimes.

« Nous devons attendre jusqu’au matin pour avoir une idée des conséquences de l’attaque, qui s’est produite dans l’obscurité », a précisé un membre d’une milice d’autodéfense qui assiste l’armée, Babakura Kolo.

L’armée nigériane a riposté aux insurgés avec des tirs d’artillerie, forçant les islamistes de Boko Haram à battre en retraite.

« Nous venions juste de finir la prière du soir à la mosquée quand nous avons commencé à entendre des tirs d’artillerie et des coups de feu », a déclaré un habitant, Shehu Mala.

« Tous les habitants du quartier ont fui leurs maisons vers d’autres parties de la ville », a-t-il continué.

Boko Haram a tenté à plusieurs reprises de reconquérir la ville de Maiduguri, berceau de Boko Haram régulièrement frappé par les attentats-suicides et raids meurtriers des insurgés, depuis qu’ils en ont été chassés il y a trois ans.

Cette nouvelle attaque est survenue quelques jours après que le président Muhammadu Buhari eut affirmé que la guerre contre Boko Haram avait « techniquement » été gagnée et à moins d’une semaine de la date-limite du 31 décembre qu’il a lui-même fixée pour venir à bout de ce groupe djihadiste.

Les forces de sécurité nigérianes sont parvenues à reprendre des territoires à Boko Haram, mais les attaques menées ces derniers jours par les djihadistes, qui continuent de régulièrement de prendre pour cibles des villages reculés, viennent remettre en question l’affirmation de M. Buhari.

Vendredi soir, les islamistes, arrivés à vélo, ont investi le village de Kimba, dans l’État de Borno. Ils ont ouvert le feu sur les villageois et incendié leurs maisons, tuant au moins 14 personnes et en blessant plusieurs autres.