Bagdad ne demande pas plus de bombes, mais de la formation pour plus de policiers irakiens

Le premier ministre irakien Haider Al-Abadi (gauche) a rencontré vendredi 22 janvier 2016 en marge du Forum économique de Davos le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter)(Iraki PM Media Office)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le premier ministre irakien Haider Al-Abadi (gauche) a rencontré vendredi 22 janvier 2016 en marge du Forum économique de Davos le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter)(Iraki PM Media Office)
Le premier ministre irakien Haider Al-Abadi (gauche) a rencontré vendredi 22 janvier 2016 en marge du Forum économique de Davos le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter)(Iraki PM Media Office)

Le gouvernement irakien souhaite que la coalition antijihadistes forme plus de policiers irakiens, a déclaré samedi un responsable de la Défense américain, alors que la coalition prépare un renforcement de ses efforts contre les djihadistes du groupe État islamique (EI).

« Les Irakiens voudraient plus d’aide pour entraîner des forces de police locales. Ils pensent que ces forces de police locales ont joué un rôle important à Ramadi », la ville reconquise par les forces irakiennes en décembre, « et ils veulent que ce scénario se répète », a indiqué ce responsable.

Les États-Unis, qui conduisent depuis août 2014 cette coalition, réuniront à Bruxelles le 11 février les ministres de la Défense de 26 pays et le gouvernement irakien, pour faire le point sur les contributions supplémentaires que peut apporter chacun.

Selon les États-Unis, la coalition a besoin de moyens supplémentaires très variés, dont des formateurs, mais aussi des conseillers militaires, forces spéciales, avions ou encore moyens de renseignement aériens.

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a rencontré vendredi le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter au forum économique mondial de Davos, et lui a exprimé son intérêt pour la formation de policiers, selon le responsable américain.

Après la reprise de la ville sunnite de Ramadi fin décembre, des policiers locaux formés par les carabiniers italiens ont été déployés pour assurer la sécurité des lieux. Leur efficacité a permis aux troupes d’élite irakiennes de quitter plus tôt que prévu la ville pour assurer d’autres missions, a expliqué le responsable américain.

« Si la police peut prendre en charge » les territoires fraîchement reconquis en Irak, « les troupes d’élite peuvent partir pour leur prochaine mission, c’est très important », a-t-il indiqué.

La formation assurée par les carabiniers dure un mois, et est très tournée vers des compétences militaires, a précisé le responsable américain.

La stratégie affichée par la coalition prévoit de détruire en priorité les « centres de pouvoir » de l’EI à Mossoul en Irak et à Raqa en Syrie.