«Coups de feu» et branle-bas de combat dans un hôpital militaire à San Diego en Californie

Un marin sur la base navale de San Diego en Californie, le 16 avril 2015. (Getty/AFP/Archives/SANDY HUFFAKER)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Un marin sur la base navale de San Diego en Californie, le 16 avril 2015. (Getty/AFP/Archives/SANDY HUFFAKER)
Un marin sur la base navale de San Diego en Californie, le 16 avril 2015. (Getty/AFP/Archives/SANDY HUFFAKER)

Une personne aurait tiré des coups de feu mardi au Naval Medical Center San Diego, un hôpital militaire de San Diego, en Californie, ont rapporté des témoins, mais, jusqu’ici, pas de trace d’une fusillade où d’un tireur.
—-
Mise à jour au 26/01/2016 à 15h59

Luxe de précautions au NMCSD. Sauf pour le bâtiment 26 [soi-disant visé par les coups de feu entendus par des témoins], tous les autres membres du personnel sont autorisés à se déplacer librement dans leurs bâtiments. Le personnel des bâtiments 1, 2 et 3 peuvent accéder à la zone de la cour, mais ne doivent pas quitter les lieux, rapportent les autorités de la base navale. Les portes restent fermées et la circulation des véhicules n’est toujours pas pas autorisée et ne le sera pas jusqu’à ce que les services d’urgence aient terminé leur travail.

—-

La base de la marine américaine de San Diego (Naval Base San Diego) a rapporté sur sa page Facebook avoir « reçu des informations sur un tireur en action sur la base au centre médical de Balboa » dans le bâtiment 26.

Elle a recommandé à ses employés de « s’enfuir, se cacher ou essayer de maîtriser le tireur », les recommandations habituelles émises en cas de fusillade.

Dans un pays hanté par la multiplication des fusillades et au bord de la paranoïa, des témoins avaient affirmé à la télévision locale KUSI News avoir entendu trois coups de feu après 08H00 heures locales (16H00 GMT). La police elle-même avait confirmé à la chaîne locale CBS 8 que des coups de feu avaient été tirés.

La ville de San Diego, dans le sud de l’État de Californie, abrite beaucoup d’installations militaires, dont un port important pour la marine américaine.

L’hôpital militaire dont il est question est situé dans le parc de Balboa, près du zoo de San Diego, à environ 10 kilomètres au nord de la base de la Marine (Naval Base San Diego). Les services de garde du centre médical ont été sécurisés en premier lieu, et tous les enfants sont en sécurité, ont rapporté sur leur compte twitter les autorités de la base, ajoutant que l’ensemble du complexe est actuellement sécurisé et que les accès sont interdits.

Le bâtiment 26 abrite les bureaux de la sécurité et de l’attribution des badges d’entrée ainsi qu’un centre de remise en forme, selon le site internet de l’hôpital.

Au moment d’écrire ces lignes, l’enquête se poursuivait au Naval Medical Center San Diego et le personnel n’avait toujours pas été autorisé à regagner le bâtiment, mais les enquêteurs n’ont pas trouvé trace, ni d’un tireur, ni d’une fusillade.

Un porte-parole de la Marine américaine a indiqué qu' »une fouille de haut en bas du bâtiment » a été réalisée et qu’il n’y avait pour l’instant « pas de victime signalée » et « pas de signe de fusillade » ayant eu lieu ou encore en cours.

La hantise des fusillades

Depuis une fusillade en 2013 dans des bureaux de la Marine en plein centre de la capitale Washington, dans le quartier de Navy Yard, qui avait fait 12 morts, une demi-douzaine de fusillades sur des bases de la Marine ont lieu chaque année, selon le Navy Times.

La dernière fusillade survenue en Californie, au sud-ouest des États-Unis, est survenue le 2 décembre à San Bernardino, à une heure à l’est de Los Angeles: 14 personnes avaient trouvé la mort dans ce qui a été qualifié par les autorités d’acte terroriste émanant d’un couple marié radicalisé qui a ouvert le feu dans un déjeuner de Noël pour employés des services sanitaires locaux.

Apparemment, fausse alerte dans un pays au bord de la crise de nerfs où les hommes politiques comme Donald Trump n’hésitent pas à alimenter la peur et où les citoyens sursautent à la moindre alarme.

*Avec AFP