Deux Français tués dans l’attaque djihadiste à Ouagadougou

Des forces spéciales françaises aux abords de l'hôtel Splendid à Ouagadougou, le 16 janvier 2016. (AFP/OUOBA_AHMED)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des forces spéciales françaises aux abords de l'hôtel Splendid à Ouagadougou, le 16 janvier 2016. (AFP/OUOBA_AHMED)
Des forces spéciales françaises aux abords de l’hôtel Splendid à Ouagadougou, le 16 janvier 2016. (AFP/OUOBA_AHMED)

Deux ressortissants français ont été tués dans l’attaque djihadiste qui a visé un hôtel et un restaurant de Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, a annoncé samedi à l’AFP un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

Ces Français, un homme et une femme, ont été tués au café-restaurant Capuccino, un établissement prisé de la communauté expatriée, a-t-on indiqué au Quai d’Orsay.

La section antiterroriste du parquet de Paris a dans la foulée ouvert une enquête pour assassinats et tentatives d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste, une procédure classique du fait de la présence de ressortissants français parmi les victimes.

Dans un communiqué publié avant l’annonce des deux décès, le Quai d’Orsay évoquait une Française blessée et « 27 morts et environ 150 blessés » dans l’attaque.

Après l’assaut policier qui s’est achevé en fin de matinée au terme d’une douzaine d’heures, les autorités burkinabé ont elles avancé un bilan provisoire d’au moins 29 morts, de 18 nationalités différentes, sans plus de précisions.

Selon une source diplomatique française, certains corps étant calcinés, le bilan pourrait évoluer au fil des opérations d’identification. Après le début de l’assaut policier, les environs de l’hôtel visé se sont transformés en champs de bataille, avec de nombreux véhicules et la façade de l’hôtel en flammes.

L’attaque contre le restaurant Capuccino et l’hôtel Splendid a été revendiquée dans la nuit par le groupe djihadiste Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi), qui l’a attribuée au groupe Al-Mourabitoune du chef djihadiste Mokhtar Belmokhtar, selon SITE, une organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes.