L’accord nucléaire: «nouvelle page dans les relations de l’Iran avec le monde» , dit le président Rohani

Le président iranien Hassan Rouhani saluant la foule lors du rassemblement célébrant le 36ème anniversaire de la révolution islamique le 11 février 2015 (Archives/Behrouz Mehri/AFP)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le président iranien Hassan Rouhani saluant la foule lors du rassemblement célébrant le 36ème anniversaire de la révolution islamique le 11 février 2015 (Archives/Behrouz Mehri/AFP)
Le président iranien Hassan Rouhani saluant la foule lors du rassemblement célébrant le 36ème anniversaire de la révolution islamique le 11 février 2015 (Archives/Behrouz Mehri/AFP)

L’accord nucléaire entré en vigueur samedi ouvre une nouvelle page dans les relations entre l’Iran et le monde, a déclaré le président Hassan Rohani dans un message à la nation, a rapporté dimanche l’agence officielle Irna.

« Nous Iraniens, nous tendons la main vers le monde en signe de paix et en mettant derrière nous toutes les hostilités, suspicions et complots, ouvrons une nouvelle page dans les relations de l’Iran avec le monde », a déclaré M. Rohani.

L’accord nucléaire historique conclu en juillet entre l’Iran et les grandes puissances est entré en vigueur samedi, entraînant une levée des sanctions économiques qui frappaient depuis plusieurs années années cette puissance régionale aux riches ressources pétrolières et gazières.

« L’accord nucléaire n’est contre l’intérêt d’aucun pays. Les amis de l’Iran sont contents et ses adversaires ne doivent pas être inquiets. L’Iran n’est une menace pour aucun pays mais porteur d’un message de paix, de stabilité et de sécurité dans la région et le monde », a-t-il ajouté.

L’Arabie saoudite et Israël sont les deux principaux pays à avoir exprimé à plusieurs reprises leurs inquiétudes et opposition à l’accord nucléaire, qui permet à l’Iran de renforcer sa position sur la scène régionale.

M. Rohani a également voulu apaiser les critiques dans son propre pays en soulignant que « l’accord nucléaire n’était pas la victoire d’une tendance politique ».

Ces derniers mois, les milieux ultraconservateurs, très minoritaires y compris chez les conservateurs, ont exprimé leur opposition à l’accord nucléaire.

« Maintenant que les (…) sanctions ont été levées (…) il est temps de construire le pays », a-t-il ajouté.