QUORUM NORDIQUE 16 cette fin de semaine à Laval

Accompagné du directeur du Service de police de Laval, Pierre Brochet, et du maire de Laval, Marc Demers, le lieutenant-colonel David Shane donne des détails sur l'exercice QUORUM NORDIQUE. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Accompagné du directeur du Service de police de Laval, Pierre Brochet, et du maire de Laval, Marc Demers, le lieutenant-colonel David Shane donne des détails sur l'exercice QUORUM NORDIQUE. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Accompagné du directeur du Service de police de Laval, Pierre Brochet, et du maire de Laval, Marc Demers, le lieutenant-colonel David Shane donne des détails sur l’exercice QUORUM NORDIQUE. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

L’exercice QUORUM NORDIQUE 2016 qui impliquera 600 réservistes du Groupe-bataillon territorial – Montréal, aura lieu du 22 au 24 janvier 2016, en milieu urbain sur le territoire de la ville de Laval.

Composée en majorité de réservistes du 34e Groupe-brigade du Canada, le Groupe-bataillon territorial – Montréal (GBT – Montréal) est une équipe multidisciplinaire qui a pour responsabilité d’appuyer les opérations nationales en milieu urbain pour la défense du territoire en cas de crise.

Fin de la «montée en puissance» du GBT – Montréal, QUORUM NORDIQUE (AKA le GPE 4 de la brigade, après le GPE 3 de novembre dernier) permettra aux soldats tout au long de la fin de semaine de pratiquer des manœuvres militaires et des procédures de combat liées à des scénarios de défense. Les soldats auront l’opportunité d’intégrer le travail d’équipe avec les unités réunies du Nord-ouest du Québec. Cet entraînement interarmes permettra aux unités de raffiner leur capacité à conduire des opérations.

Localisation des emplacements où auront lieu l'exercice. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)
Localisation des emplacements où auront lieu l’exercice. (Nicolas Laffont/45eNord.ca)

Comme ils seront plusieurs centaines à être déployés sur le territoire de Laval, tant son maire, Marc Demers que le lieutenant-colonel David Shane, commandant du GBT-Montréal, ont souligné qu’il s’agit d’un exercice, que tout est fictif, afin de rassurer la population. «Si jamais on se rend compte que ça dérange trop, on peut même jusqu’à réaménager l’exercice», a dit le lieutenant-colonel Shane. Près de 20.000 lettres ont d’ailleurs été envoyé aux résidents les plus proches des lieux d’activités.

De son côté, le directeur du Service de police de Laval, Pierre Brochet, a tenu à rappeler:«On connaît l’importance en tant que policiers de s’entraîner dans des situations qui sont le plus proche possible de la réalité, alors on va être là pour vous soutenir» soulignant qu’il s’agissait d’une simulation complexe, mais que «tout est en place pour que tout se déroule bien».

Le choix de Laval pour cet exercice n’est pas anodin comme l’a précisé le lieutenant-colonel Shane, puisque contrairement à Valcartier que les militaires connaissent presque comme leurs poches, un milieu urbain comme Laval représente un défi supplémentaire qui «permettra d’aiguiser leurs réflexes et de s’adapter, comme s’ils se retrouvaient en territoire étranger».

Cet exercice militaire en milieu urbain vise à raffiner les compétences des militaires qui y participeront en les exposant à différents milieux et à différentes conditions d’entraînement. Ces conditions assurent que les membres de l’Armée font preuve de souplesse et sont prêts à être déployés à la demande du gouvernement du Canada.

Après cet exercice, qui verra la validation des capacités des troupes du groupe-bataillon territorial, ce sera au tour du personnel de commandement d’être évalué lors de l’exercice RÉACTION ROYALE/NATIONALE dans quelques semaines. Dès lors, si une crise devait intervenir, les citoyens-soldats du 34e Groupe-brigade du Canada seront fin prêts à intervenir, quoi qu’il arrive.