Ban au Canada pour saluer le retour d’Ottawa sur la scène internationale

0
Justin Trudeau, aux côtés du président américain Barack Obama et du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, au sommet du G-20, à Antalya en Turquie, le 15 novembre 2015. (Archives/pool/Anadolu)
Justin Trudeau, aux côtés du président américain Barack Obama et du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, au sommet du G-20, à Antalya en Turquie, le 15 novembre 2015. (Archives/pool/Anadolu)

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon se rend cette semaine à Ottawa et Montréal pour saluer l’accueil fait par le nouveau gouvernement de Justin Trudeau aux réfugiés syriens et l’encourager à participer davantage aux opérations de maintien de la paix.

M. Ban visitera Ottawa et Montréal jeudi et vendredi, trois mois après l’arrivée au pouvoir de Justin Trudeau qui a marqué une rupture avec la politique du précédent gouvernement conservateur.

Il sera accompagné de deux hauts responsables de l’ONU, le chef des opérations de maintien de la paix Hervé Ladsous et le patron des opérations humanitaires Stephen O’Brien, pour des entretiens qui devraient consacrer la volonté du Canada de s’engager plus activement envers les Nations unies.

«Nous voulons voir le Canada revenir sur la scène internationale mais dans ce contexte multilatéral, en coopération avec les Nations unies pour faire avancer les dossiers mondiaux», a expliqué à l’AFP un haut responable de l’ONU.

Pendant presque dix ans de gouvernement conservateur sous la direction de l’ex-premier ministre Stephen Harper, le Canada a perdu de son prestige à l’ONU, selon des diplomates.

M. Ban attend de M. Trudeau qu’il confirme son engagement à combattre le réchauffement climatique, un dossier prioritaire pour le secrétaire général à dix mois de la fin de son mandat, souligne le responsable onusien.

Quant à la décision canadienne d’accueillir 25 000 réfugiés syriens, dit-il, «c’est exactement le genre d’attitude que le secrétaire général veut encourager chez les autres pays membres de l’ONU».

M. Ban doit rencontrer au cours de sa visite des réfugiés syriens récemment installés au Canada.

Il abordera aussi avec M. Trudeau le financement de l’agence de l’ONU pour les Palestiniens (UNRWA), après le gel de la contribution canadienne en 2013.

Toujours selon le responsable onusien, M. Ban va encourager le Canada à contribuer davantage aux opérations de maintien de la paix, comme c’était le cas du temps de l’ancien ministre Lester Pearson, considéré comme le père du maintien de la paix moderne.

L’ONU espère du Canada qu’il fournisse des soldats et des experts, et qu’il participe à la formation et à l’équipement des Casques bleus, en particulier dans les missions de l’ONU en Haïti et en République centrafricaine, deux terrains difficiles.

Pour rencontrer le quadragénaire Trudeau, également ministre de la Jeunesse, M. Ban sera accompagné de son émissaire spécial pour la jeunesse, le Jordanien Ahmed Alhendawi.