Cessez-le-feu: la Russie suspend samedi toutes ses sorties aériennes en Syrie pour la journée

Un Sukhoï armé sur la base de Hmeymim le 5 octobre 2015 près de la frontière turco-russe. (ministère russe de la Défense)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
Un Sukhoï armé sur la base de Hmeymim  le 5 octobre 2015 près de la frontière turco-russe. (ministère russe de la Défense)
Un Sukhoï armé sur la base de Hmeymim le 5 octobre 2015 près de la frontière turco-russe. (Archives/Ministère russe de la Défense)

L’armée russe a annoncé samedi la suspension, pour la journée, de toutes les sorties aériennes au-dessus de la Syrie afin de soutenir l’accord de cessez-le-feu entré en vigueur après minuit vendredi et d’éviter toute « erreur de bombardement ».

« Le (samedi) 27 février, aucune sortie de l’aviation russe en Syrie, y compris d’avions à long rayon d’action, n’aura lieu en conformité avec la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU (adoptée) en soutien de l’accord de cessez-le-feu russo-américain entré en vigueur et afin d’éviter toute erreur de bombardement », a déclaré à la presse Sergueï Roudskoï, haut représentant de l’état-major des forces armées russes.

Entré en vigueur samedi (vendredi 22H00 GMT), l’accord a fait taire les armes sur une partie du territoire syrien pour la première fois depuis mars 2011, le président Bachar al-Assad –soutenu par Moscou–, une centaine de factions rebelles et les forces kurdes s’étant engagés à le respecter.

M. Roudskoï a également confirmé que l’armée de l’air russe avait arrêté tous ses bombardements en Syrie après l’entrée en vigueur de l’accord de cessez-le-feu.

« L’armée de l’air russe a totalement arrêté ses bombardements dans la zone verte, c’est-à-dire dans les zones où se trouvent les groupes armés qui nous avaient soumis une demande de cessez-le-feu », a-t-il déclaré.

#SYRIAToday starting from 00:00, according to the agreements achieved by the Russian and American parties as…

Posté par Минобороны России sur samedi 27 février 2016

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), une organisation non gouvernementale, avait auparavant indiqué que l’aviation russe n’avait effectué aucune sortie depuis minuit au nord de Lattaquié, situé à l’ouest de la Syrie, et que le calme régnait dans les provinces centrales de Homs et de Hama.

Les organisations djihadistes telles que le groupe État islamique (EI) et le Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaïda, sont exclues de l’accord. Le régime syrien et la Russie, ainsi que la coalition internationale dirigée par les États-Unis, pourront ainsi continuer dans les prochains jours à frapper l’EI et Al-Nosra, qui contrôlent plus de la moitié du territoire syrien.

Le président russe Vladimir Poutine avait d’ailleurs souligné vendredi que la Russie continuerait, après l’entrée en vigueur de la trêve, sa « lutte implacable » contre l’EI, le Front al-Nosra et les « autres organisations terroristes », sans préciser lesquelles. Mais la Russie ne devrait donc effectuer aucune frappe au moins pour la journée de samedi.

« Nous honorons une obligation de respecter le cessez-le-feu pleinement », a dit M. Roudskoï. « Mais cela ne veut pas dire que (l’EI et Al-Nosra) peuvent pousser un soupir de soulagement ».

« Nous gardons entièrement le contrôle de la situation à travers la Syrie », a-t-il ajouté, précisant que l’armée russe utilisait 70 drones pour s’assurer du respect de la trêve.

Le responsable a précisé que 17 groupes armés qui se battent pour le régime Assad ou indépendamment ont contacté le centre de coordination pour le cessez-le-feu, situé sur la base de Hmeimim, au sud de la ville de Lattaquié.

À Moscou, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov a rencontré Bouthaïna Chaabane, conseillère du président syrien Bachar al-Assad, qui lui a confirmé « la volonté des autorités syriennes pour assurer un accès humanitaire à toutes les régions de Syrie », selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.

La trêve est la première de cette ampleur dans un conflit qui a fait plus de 270.000 morts depuis 2011, déplacé plus de la moitié de la population et qui voit s’affronter une multitude d’acteurs, syriens et internationaux.

Lavrov et Kerry « saluent » l’entrée en vigueur du cessez-le-feu

Par ailleurs, le ministère russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et son homologue américain John Kerry ont « salué » l’entrée en vigueur vendredi à minuit d’une trêve en Syrie lors d’un entretien téléphonique, a annoncé samedi le ministère russe.

« Les chefs de la diplomatie ont salué l’entrée en vigueur du cessez-le-feu en Syrie », a déclaré dans un communiqué le ministère.

Ils ont aussi « discuté des modalités pour qu’il soit entièrement respecté, dont celle concernant l’approfondissement de la coordination militaire entre la Russie et les États-Unis », d’après la même source.

Appliquée à partir de 00H00 locale (vendredi 22H00 GMT) et initiée par Washington et Moscou, cette trêve, d’une ampleur sans précédent depuis le début de la guerre entre régime et rebelles, a été respectée dans la majorité des principales villes de Syrie samedi.

Au cours de leur entretien téléphonique, MM. Lavrov et Kerry « se sont penchés sur les perspectives de reprise des négociations intersyriennes pour la paix dans le cadre du Groupe international de soutien à la Syrie », a précisé le communiqué russe.

Le 3 février, des pourparlers parrainés par l’ONU et entamés le 29 janvier à Genève avaient été suspendus en raison d’une offensive du régime de Damas, avec l’appui de l’aviation russe, contre les rebelles.

MM. Lavrov et Kerry ont aussi rappelé « l’importance particulière » de leur coopération en tant que coprésidents du Groupe international de soutien à la Syrie, a indiqué le communiqué.