Crainte d’une attaque nord-coréenne contre le système GPS à l’approche des exercices conjoints Key Resolve

L'exercice annuel Key Resolve, regroupant les Marines américains et les forces sud-coréennes, aura lieu à partir de la fin du mois de février (Archives/Petty Officer 1st Class Bobbie Attaway/US Navy)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Des marins sud-coréens regardaient en 2010 le USS Blueridge qui arrivait alors à Busan pour l'exercice conjoint américano-coréen Key Resolve/Foal Eagle qui se tient chaque année dans la péninsule coréenne (DoD/Mass Communication Specialist 1st Class Bobbie G. Attaway, U.S. Navy)
Des marins sud-coréens regardaient en 2010 le USS Blueridge qui arrivait alors à Busan pour l’exercice conjoint américano-coréen Key Resolve/Foal Eagle qui se tient chaque année dans la péninsule coréenne (DoD/Mass Communication Specialist 1st Class Bobbie G. Attaway, U.S. Navy)

Les autorités militaires sud-coréennes ont déclaré ce vendredi qu’une attaque nord-coréenne contre le système GPS est possible à l’approche des exercices conjoints Key Resolve entre les États-Unis et la Corée du Sud, rapportait cette semaine l’agence sud-coréenne Yonhap.

La source militaire de Séoul a expliqué, selon l’agence de presse, que «nous allons prendre des mesures face à un éventuel brouillage du système GPS par les armées nord-coréennes avant ou après les exercices Key Resolve», «nos équipements militaires dotés du GPS commercial pourraient être affectés.»

Cette source a indiqué que «pour l’instant, nous n’avons pas relevé d’ondes électroniques de brouillage émises par le Nord», «tout de même, il y a une forte possibilité que l’ armée nord-coréenne en émette contre les GPS des équipements mobilisés pour les exercices conjoints.»

L’ armée nord-coréenne dispose d’équipements de brouillage électronique montés sur véhicule fabriqués en Russie et a effectué des attaques électroniques à trois reprises, du 23 au 26 août 2010, du 4 au 14 mars 2011 et du 28 avril au 13 mai 2012.

Un responsable du Comité des chefs d’état-major interarmées (JCS) a expliqué que «la Corée du Nord dispose de nombreux équipements de brouillage du GPS, d’une portée de plus de 100km». Les armées américaines utilisent un GPS militaire tandis que l’ armée sud-coréenne utilise un GPS commercial pour la plupart de ses équipements, qui est vulnérable au brouillage électronique.

L’unité militaire chargée du brouillage serait le Département de cyberguerre (Département numéro 121) rattaché à la Direction générale des renseignements. Dans cette unité appelée 121, quelque 3.000 personnes s’occupent de la cyberattaque, du piratage et de la diffusion de virus informatiques.

Il y a eu des exercices conjoints américano-sud-coréens chaque année depuis 1976, sauf entre 1994 et 1996, où les exercices conjoints avaient été suspendus, année après année pendant quatre ans, pour encourager la Corée du Nord à accepter de se «dénucléariser», mais sans résultat.

Et chaque année, immanquablement, à l’approche de l’exercice de commandement Key Resolve et l’exercice d’entraînement Foal Eagle, qui se tiennent respectivement en février et en mars, Pyongyang se remet à gesticuler et à vitupérer et se creuse lam tête m,pour trouver des moyens d’interférer dans leur déroulement.

*Avec Yonhap