Devant ses anciens collègues, Poutine loue le FSB et examine ses nouveaux véhicules (VIDÉO)

Vladimir Poutine à la réunion annuelle du Conseil du Service fédéral de sécurité (FSB) le 26 février 2016.. (Service de presse du Kremlin)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Vladimir Poutine à la réunion annuelle du Conseil du Service fédéral de sécurité (FSB) le 26 février. (Service de presse du Kremlin)
Vladimir Poutine à la réunion annuelle du Conseil du Service fédéral de sécurité (FSB) le 26 février. (Service de presse du Kremlin)

En marge de la réunion annuelle du Conseil du Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie (FSB, services spéciaux), organisation qu’il a dirigé de juillet 1998 à août 1999, le président russe Vladimir Poutine a passé en revue vendredi des véhicules mis au point pour les unités spéciales de la redoutable organisation, rapporte la très officielles agence de presse russe Sputnik.

Le FSB, responsable de la sécurité intérieur, a pour ancêtre le KGB soviétique, où l’actuel président a aussi fait carrière au sein du service de renseignement et d’action et où il a atteint le grade d’officier opérationnel supérieur .

Le KGB fut dissous en novembre 1991 après le putsch de Moscou contre Gorbatchev.

Le FSB constitue aujourd’hui le service secret de la Russie, chargé des affaires de sécurité intérieure, mais en vérité son service action peut conduire des opérations militaires anti-terroristes n’importe où dans le monde sur ordre du président, à la suite de l’adoption des nouvelles lois antiterrorisme. Tous les services d’ordre et de renseignements en Russie peuvent être amenés, si nécessaire, à travailler sous le contrôle du FSB, comme, par exemple, en Tchétchénie, où le service de renseignement militaire (GRU), les forces spéciales militaires (Spetsnaz) et les détachements de troupes du Ministère de l’Intérieur russe (sorte de gendarmerie) travaillent sous la direction du FSB.

https://youtu.be/4qUU8cEq9XY
Poutine examine les nouveaux modèles de véhicules du FSB. en compagnie du directeur du FSB, Alexander Bortnikov et du ministre de la Défense Sergueï Choïgou.

L’un de ces véhicules, un blindé dernier cri, ressemble à s’y méprendre à la fameuse voiture de Batman. Créé sur la base du blindé Karatel (« punisseur »), il porte le nom de Falcatus.

Falcatus pèse 12 tonnes. L’engin peut embarquer à son bord jusqu’à dix personnes. Jusqu’à tout récemment, le Karatel était gardé secret, même si des rumeurs sur la création d’un blindé monstre circulaient depuis plusieurs années. Le véhicule dispose d’un corps en V pour mieux dissiper les ondes des explosions ou des projectiles.

Un autre blindé géant, baptisé Viking, est doté de châssis de camion KamAZ. Il a été créé sur la base du KAMAZ-4911 Extreme, conçu à l’origine pour des courses internationales telles que le Dakar.

https://youtu.be/ka9ykESougg
Nouveau blindé russe « secret »

L’influence du FSB

Vendredi, le président russe a présidé la réunion annuelle du conseil de FSB où ont été examinés les résultats des travaux des services de sécurité fédérale en 2015 et définir les tâches pour la période à venir.

Abordant lors de cette réunion, la question du cessez-le-feu- en Syrie, le président russe a rappelé « que ce cessez-le feu ne concerne pas l’EI, le Front al-Nosra, ou d’autres organisations terroristes reconnues comme telles par le Conseil de sécurité des Nations Unies » et, après avoir réitéré sa détermination à les combattre, a souligné devant les membres du Service fédéral de sécurité l’importance de « sceller efficacement le territoire de la Russie à ces terroristes qui tentent d’entrer en provenance du Moyen-Orient ou d’autres régions, et agir rapidement pour identifier et neutraliser ceux qui sont impliqués dans des activités terroristes à l’étranger ».

« À cet égard, vos efforts ont mis un terme aux activités des groupes clandestins qui projetaient des attaques contre notre pays. Nous voyons tous vos succès dans l’organisation de travail de prévention dans ce domaine. Je tiens particulièrement à remercier les collègues responsables de ces succès », a-t-il déclaré aux membres du FSB présents à cette réunion annuelle.

« Le FSB et d’autres organismes ont la tâche de faire tout le nécessaire pour empêcher l’activité de ceux qui tentent ou pourraient tenter d’utiliser le nationalisme, la xénophobie ou des slogans radicaux de diviser notre société », a aussi déclaré le maître du Kremlin.

L’influence du FSB sur l’élite politique russe a été et est toujours l’objet de nombreux commentaires.

La directrice du Centre d’étude des élites moscovite, Olga Krychtanovskaïa, réputé experte des « élites » et ancien membre du parti au pouvoir estimait il y a quelques années que 78 % des 1 016 principaux responsables politiques russes ont travaillé précédemment dans une organisation affiliée au KGB ou FSB. «Si pendant la période soviétique et la première période post-soviétique, les gens du KGB et du FSB étaient principalement impliqués dans des affaires de sécurité, actuellement la moitié de ceux-ci est encore impliquée dans la sécurité, mais l’autre moitié est impliquée dans les affaires économiques, les partis politiques, les ONG, les gouvernements régionaux, même la culture…», déclarait-elle.