Forget Quebec? Frog you!

Do you speak français ? (Photo: Stock Images)
Temps de lecture estimé : 7 minutes
Do you speak français ? (Photo: Stock Images)
Do you speak français ? (Stock Images)

Depuis ma fameuse poursuite après le ministre Fantino en mai 2014, je peux affirmer avoir véritablement vécu ce qu’on appelle un « 15 minutes de gloire » à faire reconnaître l’impact du SPT, le ridicule du système sous toutes ses formes et l’importance de la place des familles (support, éducation et reconnaissance) à mettre en place un environnement favorisant le recouvrement, la transition et le maintien d’un militaire ou d’un vétéran blessé.

Autrement dit, voilà maintenant 2 ans que je parle de la grande noirceur qui se cache derrière les murs d’une forteresse: en anglais, c’est par la voix politique, en français, c’est par les larmes. Au Canada anglais, je suis devenue une « advocate » en raison de mes activités à « caractère politique ». D’ailleurs, mes amis vétérans « advocates » anglophones me poussent dans le derrière pour que je parle davantage de certains enjeux qui concernent directement la communauté militaire active, notamment ceux du JPSU\UISP et de la méfloquine.

« Check the results of the last elections », que je leur répète toujours. « It’s another world, here. They see me as a « crying army wife ». Depuis le changement de gouvernement, mes contacts politiques ont commencé à me suggérer une prise de position assez radicale: « Forget Quebec ». Il est « trop » distinct et ne génère pas le poids face au reste du Canada anglais où se passe les vrais enjeux, d’où provient la vraie pression générant des changements.

« Forget Quebec »? C’est comme demander à un militaire d’avoir honte de son uniforme! Jamais! Justement parce que nous sommes distincts et que nous sommes mal représentés. Je vous avoue que j’attends toujours LE vétéran Québécois avec qui je pourrai enfin travailler à faire avancer des dossiers et faire entendre davantage la voix québécoise au fédéral justement en raison de notre caractère distinct. En ce qui concerne spécifiquement la communauté militaire, à la fin de ce texte, j’ai copié-collé un échange face à une situation où je tente de créer des ponts dans des contextes sensibles. Mais j’ai été outrée lorsque le ministre O’Toole a reconnu le dévouement de vétérans: sur 4 pages de nomination, 1 seule du Québec.

Si je peux rencontrer le ministre des Anciens Combattants, le Chef du Personnel Militaire, l’Ombudsman, le Général Dallaire et cie… Au Québec, je n’ai pas la crédibilité nécessaire pour rencontrer un colonel de Valcartier. « Que voulez-vous faire avec lui? » que l’Officier des Affaires Publiques me demande même si j’ai clairement énoncé les points que je souhaitais aborder. Idem de la part de la dame du CRFM de Valcartier à qui on m’a tout récemment introduite: « Qu’est-ce que t’as fait depuis 2 ans? », qu’elle m’a demandé avec un air qui exprimait plus de condescendance que d’intérêt. Même son de cloche de la Protectrice du Citoyen qui a également refusé de me rencontrer… Si, juste pour commencer, elle réalisait à quel point le manquement d’Anciens Combattants rebondit dans notre système de santé..

Justement, j’ai particulièrement hâte de rencontrer M. Gérard Deltell pour la toute première fois cette semaine et d’entendre sa perspective et sa compréhension de la dualité culturelle qui nous confère une perspective particulière des enjeux fédéraux. Une preuve concrète? Le 25 janvier dernier, la souffrance militaire est abordée en même temps dans La Presse et dans le Ottawa Citizen: en anglais, on aborde la souffrance sous l’angle politique et en français, La Presse nous en parle sous l’angle de la souffrance, de la même façon qu’on me fait parler dans les entrevues sur le SPT « sortons nos kleenex »…

Un autre exemple concret concerne le cannabis médical: je comprends que c’est un sujet « pas touche » ..mais quand on devient vétéran, qu’on a fait le tour des pilules et qu’Anciens Combattants Canada paye pour le cannabis médical, il faut savoir que son accessibilité est largement moins connue ici que dans le Canada anglais. D’ailleurs, je vais commencer à faire des conférences sur le sujet.. ( et si vous vous posez la question, vous devrez attendre d’être libéré avant de pouvoir y accéder..) parce que chez-nous, le cannabis médical a tout changé

Le 21 février prochain, une rencontre publique sera organisée à Valcartier (VALLÉE JEUNESSE, 1895 Boul Valcartier ..au chalet Magella-Bouchard entre 13h30 et 14h30) afin de faire le point sur la situation des membres des familles-conjoints-« caregivers » des anciens combattants d’un bout à l’autre du pays. Ma récente rencontre avec le ministre des Anciens Combattants m’a remplie d’un certain espoir face à la possibilité de se faire entendre, à titre de membres des familles et de joindre nos voix afin d’améliorer la situation des anciens combattants.

Oui, je demeure convaincue qu’il faut commencer à se parler autrement car les enjeux sont réels. Croyez-le ou non, c’est au Québec que j’ai le bassin pour agir..ironique, non?

« Forget Quebec »? Frog You.




From: Jenny Migneault [mailto:jenny_migneault@yahoo.ca]
Sent: January-25-16 11:24 AM
To: Thibault CWO JC@CMP@Ottawa-Hull
Subject: JPSU in French

CWO Thibault,

Bonjour,

Ref. http://ottawacitizen.com/news/national/we-have-to-get-this-thing-fixed-military-ombudsman-sounds-alarm-over-injured-soldiers

My name is Jenny Migneault and I am an advocate for military families across Canada with an exceptionally large supported population in Quebec. Quebec holds a unique cultural position in Canada as the Canadian Armed Forces holds a unique societal position, so a soldier from Quebec has a unique perspective and place as both a Soldier and a Quebecer.

I have taken it upon my self to ensure that the combined attributes of Quebec and Military culture are accounted for in the realm of soldier, veteran and military family support. It is with this in mind that I reach out to you today for clarification on a very important concern: the JPSU (ref).

When I discuss the JPSU with the Quebec Military community almost no-one (perhaps 5%) understand the JPSU/IPSC construct much less what ist is supposed to do to help them. So essentially, it is not helping them and they are suffering for it.

There are many advocates across Canada, each representing what they feel are important issues confronting our injured and ill military members and their families. One is Barry Westholm who advocates for the JPSU and people affected by this unit – recently he posted this in english:

« My first « Urgent: For Widest Distribution » Email: I had a meeting with a member of the Canadian Armed Forces regarding some of the issues confronting personnel currently posted to the JPSU, most specifically those who are facing imminent/pending release action. Should this be the case, it was suggested that a blanket six-month extension be offered to all affected people to use at their discretion (if they need it: take it – if they don’t need it: don’t take it). The logic used was if the JPSU is now « known » to be an over-stressed unit (it is), then it’s conceivable that those stressors have been placed upon the posted-in personnel and their families, or have prevented the equally over-stressed JPSU staff from properly supporting them. I was told that this proposal would be taken under advisement, however it was also stated that the CAF is looking favourably upon individual requests for extensions from those posted to the JPSU based on the preceding criteria. While other issues were discussed, this is decidedly the most urgent as it may have a looming release-date associated with it. So if you find yourself in such a position (to be released soon) and feel that the services provided by the JPSU were less than adequate and an extension on your release is warranted, you can make your case directly to: the Chief of Military Personnel (CMP), Command Chief Warrant Officer (CWO) Christian Thibault, his Email is: Christian.Thibault@forces.gc.caCWO Thibault also requested that I forward any related concerns that have come my way directly to him for personal review/action. If you feel that an extension on your release date is warranted, but don’t feel comfortable contacting him directly, you can contact me by PM or at barrylw11@hotmail.com and we can figure out a way to do this together. Please pass this info to anyone you know who may be in this situation.
Barry »

I approached him to post it in French and he suggested I contact you as you made this very responsible, compassionate and thoughtful offer to those facing imminent release in a unit ill prepared to support them.

With this I ask your permission to make the same offer available in French to members facing crises in the JPSU and who could really use the support and relief such a gesture would provide.

As I informed LtGen Whitecross (we met last December but you were absent), I have an interest to talk directly to the troops and I am also concerned about Valcartier. A meeting with col. XXX was decliened\ignored (I copied\paste the emails) Therefor, I will address this specific issu through a video-blog and a written blog about it that will be published on 45eNord.ca, allowing me to inform nearly 10 000 French serving members on Feb 6.

I thank you for your support ,

Jenny Migneault
Advocate and Blogger

www.ptsd-sspt.weebly.com

Bonjour Mme Migneault,

Premièrement je voudrais vous remercier pour votre grand intérêt à la cause des militaires blessés ou malades ainsi que leurs familles. Comme vous le savez, j’ai fait partie de l’équipe qui a produit le récent rapport sur l’Unité Interarmées de Soutien au Personnel (UISP). Depuis la présentation de ce rapport au Chef d’État-Major de la Défense, plusieurs groupes de travail ont été mis en place pour adresser les quelques 60 recommandations que nous avons faites. Certaines recommandations ont déjà été adressées et la majorité des autres qui nécessitent plus de recherche et planification devraient être en place d’ici l’été 2016.

Quant à votre blogue, si vous désirez faire part à vos lecteurs ce qui suit, je n’ai aucune objection :

« Le rapport de la revue de l’Unité Interarmées de Soutien au Personnel (UISP) menée par le Brigadier-Général David Anderson fut présentée au Chef d’État-Major de la Défense en octobre dernier. Depuis, plusieurs groupes de travail ont été mis en place pour adresser les quelques 60 recommandations qui y sont faites. Certaines recommandations ont déjà été adressées et la majorité des autres qui nécessitent plus de recherche et planification devraient être en place d’ici l’été 2016. Le but ultime de cette exercice est d’améliorer l’accès aux services pour les militaires et leurs familles tout en renforçant la capacité des Centres Intégrés de soutien du personnel (CISP) à répondre à leurs besoins en terme de réhabilitation ou pour faciliter leur transition .

Ceci dit, il existe toujours la possibilité que certains militaires ou membres de leurs familles se sentent isolés ou intimidés par le système ou encore croient ne pas avoir reçu tout le soutien dont ils ont ou avaient besoins. Si vous croyez que vous êtes de ceux-ci, n’hésitez-pas à rentrer en contact avec votre CISP local. Sinon, vous pouvez aussi contacter l’adjudant-chef du Commandement du Personnel Militaire, l’adjudant-chef Christian Thibault à christian.thibault@forces.gc.ca. »

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez-pas à me contacter.

Merci, et bonne journée.

Chief Warrant Officer | Adjudant-Chef Chris Thibault

Command CWO, Military Personnel Command (MPC)
Canadian Armed Forces
Christian.Thibault@forces.gc.ca