Dion à Kiev: un soutien «indéfectible» à l’Ukraine qui n’exclut pas le dialogue avec Moscou

Le ministre canadien des Affaire étrangères, Stéphane Dion, a discuté avec le premier ministre ukraimnien Arseni Iatseniouk lors de sa visite à Kiev le 1er février "du processus difficile des réformes". (Twitter/@CanadaPE)
Temps de lecture estimé : 3 minutes
Le ministre canadien des Affaire étrangères, Stéphane Dion,  a discuté avec le premier ministre ukraimnien Arseni Iatseniouk lors de sa visite à Kiev le 1er février "du processus difficile des réformes". (Twitter/@CanadaPE)
Le ministre canadien des Affaire étrangères, Stéphane Dion, a discuté avec le premier ministre ukraimnien Arseni Iatseniouk lors de sa visite à Kiev le 1er février « du processus difficile des réformes ». (Twitter/@CanadaPE)

Le ministre des Affaires étrangères, l’honorable Stéphane Dion, a conclu aujourd’hui sa visite en Ukraine, à l’occasion de laquelle il a rencontré son homologue, M. Pavlo Klimkine, ainsi que le premier ministre Arseni Iatseniouk.

Le ministre Dion a réitéré le besoin de respecter intégralement la souveraineté de l’Ukraine et souligné l’importance d’appliquer de façon exhaustive les accords de Minsk, en particulier par la Russie, afin d’instaurer une paix durable en Ukraine.

« L’Ukraine a pris des mesures notables pour mettre en œuvre ses obligations relatives aux accords de Minsk, ainsi que des mesures institutionnelles essentielles qui profiteront à tous les Ukrainiens. L’importance de maintenir cet élan a été le sujet de discussions constructives lors de la rencontre du ministre Dion avec des membres de la société civile dynamique de l’Ukraine ainsi que des parlementaires et des représentants gouvernementaux dévoués », dit le communiqué.

« Je suis touché par la résilience et la détermination des Ukrainiens. Le Canada défend fermement l’Ukraine et continuera d’appuyer son droit immuable à la souveraineté, à la liberté et à la démocratie. », a déclaré Stéphane Dion.

Le chef de la diplomatie canadienne s’est aussi rendu lors de cette visite sur la place Maïdan,la place où a déposé des fleurs au monument commémoratif visant à honorer les personnes qui ont été tuées durant les manifestations contre l’ancien régime.

Le Maïdan revêt une importance historique particulière dans le cœur et l’esprit des Ukrainiens. C’est là où a eu lieu la Révolution orange de 2004 ainsi que les manifestations de 2013 et 2014, qui ont entraîné la mort de plusieurs manifestants, désormais connus comme la centaine céleste (Heavenly Hundred).

Que le Canada snobe la Russie n’aide en rien l’Ukraine

Le ministre Dion a également clairement affirmé que le gouvernement du Canada a l’intention de parler franchement et directement à la Russie au sujet des gestes inacceptables qu’elle a posés en Ukraine, précise le communiqué du ministère canadien des Affaires étrangères sur la visite.

La semaine précédent sa visite, le chef de la diplomation avait clairement expliqué à la Chambre des Communes que la politique étrangère canadienne « cessera d’être idéologique et irrationnelle et sera efficace pour nos alliés et pour les Canadiens. »

C’est ainsi que son gouvernement, tout en « rétablissant la communication avec les Russes », se « tiendra toujours debout aux côtés de l’Ukraine », mais qu’il était temps de commencer à travailler avec la Russie « quand nous avons des intérêts communs ».

«Le Canada a parlé aux Russes, même dans les moments difficiles de la guerre froide. Et maintenant, nous ne leur parlons pas … à cause de l’ancienne politique, de l’ancien gouvernement. En quoi est-il aider nos intérêts dans l’Arctique? [par exemple] »

« Nous avons beaucoup de désaccords avec le gouvernement de la Russie », poursuit-il, « mais ce n’est certainement pas la façon de les régler que d’arrêter de parler avec eux quand les Américains parlent avec eux et tous les Européens, les Japonais, tout le monde [le fait] sauf Canada.  »

Opération UNIFIER

Pendant ce temps, le canada continuera à aider concrètement l’Ukraine.

Le Canada déploie actuellement près de 200 membres des FAC en Ukraine jusqu’au 31 mars 2017 dans le cadre de l’opération UNIFIER, la contribution du Canada visant à appuyer les forces de l’Ukraine en en renforçant les capacités, en collaboration avec les États‑Unis et d’autres pays fournissant de l’aide semblable en matière d’instruction.

La mission d’instruction se déroule dans le cadre de la Commission mixte multinationale qui comprend l’Ukraine, les États‑Unis, le Canada et le Royaume‑Uni. Le Canada s’est joint à la Commission en janvier 2015 et co-préside, avec l’Ukraine, le sous‑comité chargé de la police militaire.

Le Canada fournit également à l’Ukraine une aide comportant plusieurs volets, notamment des prêts à faible taux d’intérêt pour la stabilisation économique, ainsi que des projets d’aide au développement visant à favoriser la croissance économique durable et à promouvoir la démocratie, les droits de la personne, la primauté du droit et le soutien à la société civile.

Le ministre canadien des Affaires étrangères se dirige maintenant vers Rome pour assister à une réunion des ministres du groupe restreint de la coalition mondiale de lutte contre l’État islamique en Iraq et au Levant, qui se tiendra le 2 février et préparera la r.union élargie du 11 février à Bruxelles.