Libye: les autorités de Tripoli annoncent la capture du chef de l’EI à Sabrata

Décombres après un bombardement américain contre un camp d'entraînement djihadiste près de la ville libyenne de Sabrata, le 19 février 2016. (AFP / MAHMUD TURKIA)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Décombres après un bombardement américain contre un camp d'entraînement djihadiste près de la ville libyenne de Sabrata, le 19 février 2016. (AFP / MAHMUD TURKIA)
Décombres après un bombardement américain contre un camp d’entraînement djihadiste près de la ville libyenne de Sabrata, le 19 février 2016. (Photo d’illustration »Archives »AFP / MAHMUD TURKIA)

Le chef de l’organisation État islamique (EI) pour la ville de Sabrata, proche de la capitale libyenne, a été capturé avec deux de ses compagnons, a annoncé jeudi le ministère de l’Intérieur du gouvernement de Tripoli non reconnu par la communauté internationale.

Le groupe djihadiste s’est emparé en 2015 de la ville portuaire de Syrte et ses environs à 450 km à l’est de Tripoli, avant d’y installer sa base, mais il tente d’étendre son influence dans le pays en pleine tourmente depuis la révolte qui chassa Mouammar Kadhafi du pouvoir en 2011.

« L’émir de l’EI pour la ville de Sabrata (70 km à l’ouest de Tripoli) Mohammad Saad al-Tajouri, surnommé Abou Sleimane et chargé par les autorités jihadistes de Syrte de cette mission » a été capturé, a indiqué sur sa page Facebook l’unité « des Forces spéciales de dissuasion » du ministère.

La Libye est divisée entre deux autorités rivales, celle reconnue par la communauté internationale installée à Tobrouk (est) et une autre basée à Tripoli menée par la coalition de milices Fajr Libya.

Le communiqué fait également état de l’arrestation au cours de la même opération du « collaborateur (du chef local de l’EI) Salem al-Omari, surnommé Abou Zeid, ainsi que Ahmad Dahim, surnommé Abou Hamza al-Tajouri, qui a coordonné leur déplacement et installation à Sabrata « .

Cette opération intervient deux jours après que des combattants de l’EI ont réussi à occuper pendant plusieurs heures le centre de Sabrata, avant d’en être chassés par la coalition Fajr Libya dont 18 miliciens ont perdu la vie.

C’était la première fois que le groupe extrémiste se manifestait dans Sabrata, ville située sur la route côtière liant Tripoli à la frontière tunisienne.

Vendredi dernier, un raid aérien américain contre un camp de l’EI à Sabrata a tué 50 personnes, dont un responsable tunisien de l’organisation ainsi que deux Serbes qui avaient été enlevés en novembre en Libye. Le ministère américain de la Défense a cependant nié être responsable de leur mort.