Moscou et Téhéran prêts à «renforcer» leur coopération militaire

0
175
Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou s'est entretenu le 16 février 2016 avec son homologue iranien Hossein Dehghan, en visite à Moscou. (Ministère russe de la Défense)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou s'est entretenu le 16 février 2016 avec son homologue iranien Hossein Dehghan, en visite à Moscou. (Ministère russe de la Défense)
Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou s’est entretenu le 16 février 2016 avec son homologue iranien Hossein Dehghan, en visite à Moscou. (Ministère russe de la Défense)

La Russie et l’Iran sont prêts à « renforcer » leur coopération militaire, a annoncé mardi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou après avoir rencontré son homologue iranien Hossein Dehghan, en visite à Moscou.

« Je suis convaincu que notre rencontre va contribuer au renforcement des relations amicales entre les forces armées russes et iraniennes », s’est félicité M. Choïgou dans un communiqué.

Arrivé lundi, le ministre iranien a également rencontré le président russe Vladimir Poutine et le vice-Premier ministre Dmitri Rogozine.

Les deux ministres ont évoqué ensemble « les mesures nécessaires pour le développement progressif » de leur coopération militaire, dont « la base juridique a été établie par un accord signé en janvier » entre Téhéran et Moscou, a précisé le communiqué.

La Russie et l’Iran sont également « prêts à coordonner leurs approches sur un large éventail de questions mondiales et régionales », a ajouté M. Choïgou, parlant de « contexte de crise croissante dans le Moyen-Orient ».

Министр обороны России генерал армии Сергей #Шойгу встретился с иранским коллегойRussian Minister of Defence General…

Posté par Минобороны России sur mardi 16 février 2016

Le ministre russe n’a pas pour autant évoqué la Syrie, où l’aviation russe est entrée en action le 30 septembre à la demande du président syrien Bachar al-Assad, soutenu également par le pouvoir iranien.

« Nos pays font face aux mêmes défis et menaces dans la région (du Moyen-Orient) et ce n’est qu’ensemble que nous pourrons les combattre », a-t-il dit.

L’Iran et la Russie, soutiens de longue date de la Syrie, ont également renforcé leurs coopérations militaire et nucléaire depuis la signature en juillet 2015 d’un accord historique entre Téhéran et les grandes puissances sur le programme nucléaire iranien.

La Russie a notamment autorisé la livraison à l’Iran de ses batteries antiaériennes S-300, au grand dam des puissances occidentales.

Et le 23 novembre, Moscou a levé l’interdiction de vente et de livraison de matériel technologique lié au nucléaire lors d’une rencontre à Téhéran entre Vladimir Poutine et son homologue iranien Hassan Rohani.