Munich: Sajjan souligne les efforts pour gérer l’environnement complexe de la sécurité mondiale

L'ambassadrice canadienne Mme Gervais-Vidricaire (gauche) et le ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan (droite), avec le président de la Conférence de sécurité de Munich, Wolfgang Ischinger.(MDN)
Temps de lecture estimé : 4 minutes
L'ambassadrice canadienne Mme Gervais-Vidricaire (gauche) et le ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan (droite), avec le président de la Conférence de sécurité de Munich, Wolfgang Ischinger.(MDN)
L’ambassadrice canadienne Mme Gervais-Vidricaire (gauche) et le ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan (droite), avec le président de la Conférence de sécurité de Munich, Wolfgang Ischinger.(MDN)

Après une série de réunions avec ses homologues de l’OTAN et de la Coalition plus tôt cette semaine, le ministre de la Défense canadienne, Harjit Sajjan, a compété cette série de rencontres en participant pour une première fois de son mandat à la 52e Conférence de Munich sur la sécurité, un forum annuel consacré aux questions de sécurité internationale qui s’est tenue les 12 et 13 février à l’Hôtel Bayerischer Hof.

La Conférence sur la sécurité de Munich, qui se déroule dans la capitale bavaroise depuis 1963, est devenue en quatre dernières décennies, le plus important forum indépendant permettant aux grands décideurs internationaux d’échanger sur les questions de sécurité. Chaque année, la Conférence réunit environ 350 hauts responsables de plus de 70 pays à travers le monde pour participer au débat sur les défis de sécurité actuels et futurs.

La liste des participants comprend les chefs d’État, les gouvernements et les organisations internationales, les ministres, les membres du Parlement, des représentants de haut rang des forces armées, du monde scientifique et de la société civile ainsi que des entreprises et des médias.

Cette année, la Conférence mettait l’accent sur un éventail de sujets, notamment le terrorisme, la crise des migrants et la réponse internationale à des conflits régionaux qui perdurent, comme les efforts déployés par la coalition mondiale de lutte contre l’EI.

Sajjan optimiste malgré les difficultés

Le secrétaire d’État américain John Kerry a martelé lors de son discours samedi à Munich que la Russie devait «changer de cibles» militaires en Syrie, alors que la crise est à un «moment charnière» avec la perspective d’une trêve d’ici une semaine.

Alors que le premier ministre russe Dmitri Medvedev dressait de son côté samedi un constat sombre des relations russo-occidentales, minées par la crise en Ukraine et le conflit en Syrie, estimant qu’elles étaient entrées dans une nouvelle guerre froide, évoquant même des risques de guerre mondiale, le ministre canadien a plutôt quant à lui vanté « l’esprit de collaboration qui animait les discussions lors des réunions avec nos alliés et partenaires cette semaine à Bruxelles et à Munich »,

Harjit Sajjan a souligné ainsi les efforts d’Ottawa et de ses partenaires pour « gérer l’environnement complexe et en constante évolution de la sécurité mondiale, qui nous touche tous », ajoutant que le Canada « est un partenaire engagé dans ces efforts. ».

Rencontres bilatérales

En marge de la Conférence de Munich sur la sécurité, le ministre Sajjan a aussi participé à quelques réunions bilatérales, notamment avec la Jordanie, l’Allemagne, Israël, le Japon et les États-Unis.

Lors de sa deuxième rencontre officielle avec Sa Majesté le roi Abdallah II du Royaume hachémite de Jordanie, le ministre Sajjan a souligné l’engagement permanent du Canada à travailler avec la Jordanie pour gérer les crises en cours en Irak et en Syrie, ainsi que leurs répercussions sur les régions avoisinantes, rapporte le ministère canadien de la Défense dans un communiqué.

Le ministre Sajjan a également rencontré l’envoyé spécial du président des États-Unis chargé de la coalition mondiale de lutte contre l’EI, Brett McGurk, avec qui il a discuté discuté en détail de la récente annonce du Canada concernant « son engagement militaire accru et amélioré dans le cadre de l’opération IMPACT ».

Le ministre Sajjan a aussi eu un entretien avec la ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, le ministre Sajjan s’est dit impatient de collaborer avec l’Allemagne sur des enjeux d’intérêt commun.

Une semaine marquée par d’importantes réunions

Outre la Conférence de Munich, cette semaine a été marquée par deux autres importantes réunions.

Auparavant, les 10 et 11 février 2016, le ministre Sajjan avait assisté à la réunion des ministres de la Défense de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN).

Le ministre a tenu à cette occasion plusieurs réunions bilatérales avec les alliés et partenaires en marge de la réunion des ministres de la Défense de l’OTAN, notamment avec les États‑Unis, l’Italie, l’Allemagne, la France, la Turquie, la Nouvelle‑Zélande, la Pologne et l’Irak, souligne le communiqué de la Défense nationale sur l’événement.

Il a aussi rencontré le Secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, avec qui il a discuté de l’intervention de l’Alliance face à l’environnement de sécurité en évolution aux frontières des pays de l’OTAN, ainsi que des priorités relatives au Sommet des chefs d’État qui aura lieu à Varsovie.

Le 11 février 2016, le ministre Sajjan a également pris part à la réunion des ministres de la Défense provenant de pays qui contribuent à la coalition internationale de lutte contre le groupe armé État islamique, organisée par le secrétaire américain à la Défense, Ash Carter. Le ministre Sajjan, dit Ottawa, a profité de cette rencontre de la coalition pour décrire en détail la mission élargie du Canada en Irak et en Syrie, qui a été annoncée par le premier ministre Trudeau et ses ministres le 8 février 2016.