Stephen Harper a voulu retirer le Canada de l’OSCE

Les ambassadeurs de l'Allemagne, de la Serbie et de l'Autriche
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Les ambassadeurs de l'Allemagne, de la Serbie et de l'Autriche
Les ambassadeurs de l’Allemagne, de la Serbie et de l’Autriche

L’ancien premier ministre Stephen Harper voulait retirer le Canada de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) il y a quatre ans, mais le président américain Barack Obama l’a convaincu d’y rester, rapporte aujourd’hui la Presse Canadienne.

Trois ambassadeurs européens, les ambassadeurs de l’Allemagne, de la Serbie et de l’Autriche, ont expliqué qu’en 2012, M. Harper avait annoncé son intention de quitter l’OSCE.

L’OSCE est une organisation internationale ayant pour but de favoriser le dialogue et la négociation entre l’Est et l’Ouest. Elle accueillie la totalité des États du continent européen, ainsi que ceux qui n’en sont pas, mais qui sont nés de la dissolution de l’Union soviétique. En outre, lu-delà de cette zone, des pays non européens comme les États-Unis et le Canada en sont également membres, et d’autres, comme l’Australie et la Thaïlande, y ont un statut d’États partenaires.

Les diplomates ont affirmé que l’ex-premier ministre considérait que cette alliance de 57 pays n’était plus pertinente parce que l’Europe était généralement calme à l’époque. Or, la montée des violences entre la Russie et l’Ukraine allait lui prouver le contraire et l’OSCE allait jouer, comme on l’a vu par la suite, un rôle essentiel avec ses missions d’observation et de surveillance et sa capacité de faciliter le dialogue entre les belligérants grâce à la confiance de toutes les parties.

Le président américain est finalement parvenu à convaincre le premier ministre canadien de revenir sur sa décision et le Canada est devenu un participant très actif de l’organisation après 2012 et lorsque la crise en Ukraine s’est amplifiée, n’hésitant jamais à fournir des observateurs pour les missions de l’organisation.

Les ambassadeurs européens décrit les événements de 2012, lundi, à Ottawa, alors que le ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion est en Ukraine cette semaine pour réitérer la solidarité du Canada à l’égard du pays de l’Europe de l’Est.

En 2014, la Russie a annexé la péninsule de la Crimée, qui est située en territoire ukrainien, provoquant la pire crise entre la Russie et l’Occident depuis la fin de la guerre froide. L’OSCE a d’ailleurs joué un grand rôle de surveillance lors de ce conflit.