Stratégie en matière de construction navale: le gouvernement sélectionne un expert pour le conseiller

Steve Brunton. (Steve Brunton CBE/LinkedIn)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Steve Brunton. (Steve Brunton CBE/LinkedIn)
Steve Brunton. (Steve Brunton CBE/LinkedIn)

Pour l’aider dans sa réflexion sur la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale (SNACN), la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement Judy M. Foote, a annoncé aujourd’hui que Steve Brunton a été sélectionné comme expert-conseil.

En sa capacité d’expert indépendant, Steve Brunton offrira aux ministres et aux hauts dirigeants des conseils sur les différents aspects de la SNACN, y compris la gestion de risques et de programmes, l’analyse comparative et la compétitivité en matière de construction ainsi que les améliorations à apporter en matière de rendement et d’opérations.

Steve Brunton est un contre-amiral à la retraite de la Marine royale britannique qui possède une vaste expérience de la supervision de programmes de construction navale et d’acquisitions navales.

Il prodigue actuellement des conseils stratégiques en matière de risques et de programmes au ministère de la Défense du Royaume-Uni.

Le contrat a une durée d’un an et est assorti d’options d’un an pouvant totaliser jusqu’à dix ans. Le communiqué du ministère des approvisionnements précise que la valeur totale annuelle du contrat variera selon les tâches accomplies par Steve Brunton.

dossier_navires

«L’expérience considérable de Steve Brunton et ses connaissances spécialisées font de lui un choix particulièrement judicieux pour ce travail et constituent une excellente valeur pour le Canada. Son embauche nous aidera à prévoir et à relever les défis et à continuer à respecter nos engagements dans le cadre de la Stratégie nationale d’approvisionnement en matière de construction navale», a déclaré Judy M. Foote, Ministre des Services publics et de l’Approvisionnement.

«Je suis impatient de travailler avec lui à assurer la mise en place des capacités essentielles dont ont besoin nos braves hommes et femmes de la Marine royale canadienne pour défendre les eaux canadiennes et participer aux missions internationales pendant de nombreuses années à venir», a dit pour sa part Harjit S. Sajjan, Ministre de la Défense nationale.

Depuis plusieurs mois, des voix s’élèvent alors que la baisse du dollar canadien, l’inflation galopante et plusieurs autres incertitudes font que le nombre de navires promis par le précédent gouvernement ne serait pas atteint.

En pleine campagne électorale, le ministre de la Défense conservateur Jason Kenney avait annoncé officiellement qu’il pourrait n’y avoir que 11 navires sur les 16 originellement demandés.

Quelques semaines plus tard, la firme A.T. Kearney qui avait été mandaté pour fournir une analyse qualitative examinant «la relation entre les projets d’exigences et la faisabilité et l’abordabilité» de l’achat des futurs navires, annoncait que le budget arrêté par les Conservateurs en 2008 était désormais insuffisant. Le prix de la seule construction des futurs navires de combat de surface canadiens passant ainsi de 14 à 30 milliards $, pour un total (incluant donc le design et la construction, mais aussi les munitions, l’infrastructure tels que des jetées, des équipements de secours et le soutien passant de 26,2 milliards à près de 42 milliards!