Syrie: les frappes russes «favorisent» l’État islamique selon un responsable américain

1

Les frappes russes autour de la ville syrienne d’Alep contre des groupes d’opposition et des civils « favorisent directement » l’essor du groupe État islamique, a jugé mercredi un haut responsable américain, à la veille d’une conférence internationale sur ce conflit.

« Ce que la Russie est en train de faire favorise directement l’EI », a accusé l’émissaire spécial du président américain Barack Obama pour la coalition internationale anti-djihadistes, Brett McGurk, qui témoignait devant la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants.

Les États-Unis et leur ministre des Affaires étrangères John Kerry accusent publiquement depuis une semaine Moscou d’avoir « en partie » torpillé les efforts de paix en Syrie en bombardant autour de la ville d’Alep, en appui aux forces gouvernementales syriennes.

M. Kerry et une vingtaine de ses homologues de puissances mondiales et régionales, dont le Russe Sergueï Lavrov, doivent se retrouver jeudi à Munich pour une nouvelle réunion du Groupe international de soutien à la Syrie (ISSG) qui tentera d’obtenir un cessez-le-feu et un accès humanitaire aux villes syriennes assiégées.

Le secrétaire d’État américain avait encore réclamé mardi à Moscou d’œuvrer à un « cessez-le-feu immédiat » en Syrie et d’arrêter sa campagne de frappes commencée le 30 septembre dernier et qui s’est intensifiée ces derniers jours contre des groupes d’opposition et des civils.

Washington pilote de son côté une coalition militaire de quelque 65 pays qui effectue des bombardements en Syrie depuis septembre 2014.

« Dans les six mois qui viennent nous allons accélérer et renforcer notre stratégie », a assuré M. McGurk. Mais, a-t-il reconnu, « nos progrès ne seront pas toujours linéaires et on doit s’attendre à des revers et à des surprises ».