Syrie: MSF annonce la mort de trois personnes dans le bombardement d’un hôpital qu’elle soutient

0
Trois morts et six blessés après lors d'une frappe aérienne contre l'hôpital de Tafas, en Syrie, soutenu par MSF. (MSF)
Trois morts et six blessés après lors d’une frappe aérienne contre l’hôpital de Tafas, en Syrie, soutenu par MSF. (MSF)

Trois personnes ont été tuées et au moins six autres ont été blessées vendredi dans le bombardement aérien d’un hôpital soutenu par Médecins sans frontières à Tafas, dans la province de Deraa (sud de la Syrie), a annoncé mardi l’ONG.

L’attaque contre l’hôpital, « la dernière structure médicale touchée par une série de bombardements aériens dans le sud de la Syrie » ces deux derniers mois, a détruit une partie de l’établissement et mis hors service ses ambulances « très utilisées », selon MSF.

« Par crainte pour leur vie, plus de 20.000 habitants de Tafas ont fui dans les campagnes voisines », a ajouté l’ONG.

Quelque 177 hôpitaux ont été détruits et près de 700 membres du personnel de santé tués depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, selon l’estimation fin janvier d’une organisation humanitaire syrienne.

La nationalité du ou des avions à l’origine du bombardement n’est pas précisée par MSF.

« Depuis le début de l’année, 13 centres de santé ou hôpitaux en Syriée ont été touchés, déplore l’ONG.

Selon Oubaïda al-Moufti, président de l’Union des organisations de secours et de soins médicaux (UOSSM), les frappes russes n’épargnent notamment pas ces bâtiments. « Depuis le début des frappes russes il y a quatre mois (en soutien au régime de Bachar al-Assad), ce sont 29 hôpitaux qui ont été détruits, et 20 membres du personnel médical qui ont été tués », a-t-il affirmé.

Le secrétaire d’État américain John Kerry et le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius ont réclamé jeudi l’arrêt des bombardements russes en Syrie, accusant implicitement Moscou d’avoir torpillé les négociations de paix.

La Russie, via son chef de la diplomatie Sergueï Lavrov, avait fait savoir la veille qu’elle ne cesserait pas son intervention militaire en Syrie avant d’y avoir « réellement vaincu » les groupes « terroristes ».

La guerre en Syrie a fait quelque 250.000 morts. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), plus de mille civils ont péri dans les raids russes depuis le début, le 30 septembre, de l’intervention de la Russie en Syrie.