Irak: l’EI apparemment en perte de vitesse se retire de Routba, une localité d’Al-Anbar

0
136
L'EI exécute huit de ses propres combattants étrangers accusés de tentative de désertion et de sédition dans la province de Raqa. (Compte Twitter/@Raqqa_SL)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
L'EI exécute huit de ses propres combattants étrangers accusés de tentative de désertion et de sédition dans la province de Raqa. (Compte Twitter/@Raqqa_SL)
L’EI en perte de vitesse s’est retiré le 13 mars 2016 de Routba, une localité d’Al-Anbar (Compte Twitter/@Raqqa_SL)

Les djihadistes du groupe État islamique (EI) se sont retirés dimanche de la localité de Routba, située dans la vaste province occidentale d’Al-Anbar, ont indiqué le maire et un général de l’armée irakienne.
—–
Mise à jour au 15/03/2016 à 9h31

Le groupe État islamique (EI) a repris lundi Routba, 24 heures après son retrait de cette localité, ont indiqué des responsables. Le maire de cette localité située à 390 km à l’ouest de Bagdad sur la route menant à la Jordanie, Imad Ahmed, avait auparavant affirmé à l’AFP que le retrait des djihadistes pourrait être une tactique destinée à tester les loyautés au sein de la population et identifier les habitants qui coopèrent secrètement avec les forces de sécurité.

—–

Ce revers, s’il se confirmait, serait un cas rare de recul des djihadistes sans forte pression militaire, suggérant peut-être une crise des effectifs au sein de l’organisation ultraradicale.

Daech s’est complètement retiré de Routba et a pris la direction de Al-Qaïm, a précisé à l’AFP un général de l’armée, en référence au bastion djihadiste situé à la frontière avec la Syrie, dans le nord de la province d’Al-Anbar.

Les hommes de l’EI ont commencé à sortir (de Routba) la nuit dernière et ont achevé leur retrait ce matin, a ajouté cet officier supérieur de l’armée sous le couvert de l’anonymat. Routba est maintenant libérée de Daech.

Daech s’est retiré. Il n’y a plus aucun homme armé ici, a confirmé Imad Ahmed, le maire de cette ville située à 390 km à l’ouest de Bagdad. Ce repli est, selon lui, une conséquence de la perte de vitesse de l’EI dans la province d’Al-Anbar qui s’est matérialisée par la perte de Ramadi, chef-lieu de la province, en décembre.

Les forces de sécurité irakiennes continuent depuis à sécuriser les zones se trouvant à l’est de Ramadi dans le but d’isoler le bastion djihadiste de Fallouja situé seulement à 50 km de Bagdad.

Sur un autre front, à l’ouest de Ramadi, l’armée irakienne tente de gagner du terrain en vue de reprendre la localité de Hit.

Raja Barakat, un membre du conseil provincial d’Al-Anbar, a indiqué que l’EI avait retiré une partie de ses hommes de Hit. Leurs combattants se sont rasés la barbe avant de s’échapper, a-t-il ajouté, en précisant toutefois qu’il restait encore des jihadistes à Hit.

Selon lui, ceux qui ont fui cette localité ont pris soit la direction de la ville de Baïji, plus au nord, ou d’Al-Qaïm à la frontière irako-syrienne.

Les forces irakiennes tentent depuis plusieurs semaines de déloger les jihadistes autour du lac du Tharthar, à cheval entre les provinces d’Al-Anbar et de Salaheddine.

Des informations circulent selon lesquelles l’EI recruterait de force des enfants pour tenir les checkpoints des localités sous son contrôle alors que les hommes sont envoyés au combat.

Les efforts de l’armée irakienne sont soutenus par les frappes aériennes de la coalition internationale conduite par les États-Unis.