John Kerry rencontre les équipes de négociateurs colombiens à Cuba

John Kerry rencontre les équipes de négociateurs colombiens à Cuba. (Department of State)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
John Kerry rencontre les équipes de négociateurs colombiens à Cuba. (Department of State)
John Kerry rencontre les équipes de négociateurs colombiens à Cuba. (Department of State)

Le secrétaire d’État américain John Kerry a apporté son soutien au processus de paix en Colombie en rencontrant successivement lundi à La Havane des représentants du gouvernement et de la guérilla des Farc, qui mènent des pourparlers à Cuba, a annoncé le département d’État.

M. Kerry, qui « a d’abord rencontré la délégation des négociateurs du gouvernement colombien puis l’équipe de négociation des Farc », a réitéré aux deux parties que les Etats-Unis « soutiennent fermement le processus de paix », a indiqué le département d’Etat dans un communiqué.

« Rencontre historique à La Havane entre les Farc et le secrétaire d’État des États-Unis John Kerry. La paix avance en Colombie », a tweeté à l’issue de la rencontre Ivan Marquez, chef de l’équipe des négociateurs des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

John Kerry a rencontré les négociateurs « à la demande du gouvernement colombien », a précisé le Département d’Etat.

Les États-Unis sont prêts, au travers du plan « Paix en Colombie » annoncé le 4 février par le président Barack Obama, à « soutenir la mise en oeuvre d’un accord final pour mettre fin au plus long conflit de l’hémisphère occidental », a rappelé la diplomatie américaine.

Il a exhorté les négociateurs à « redoubler d’efforts pour régler les questions difficiles indispensables à la conclusion d’un accord final », notamment un cessez-le-feu bilatéral contrôlé par le Conseil de sécurité de l’ONU, un calendrier de désarmement et des « garanties de sécurité » post-conflit pour les acteurs politiques légaux.

De son côté, Humberto de la Calle, qui conduit la délégation du gouvernement colombien, a souligné l’engagement des États-Unis à contribuer à la sécurité des futurs ex-combattants de la guérilla.

« Il y a eu des éléments extraordinairement concrets. Par exemple l’annonce d’une aide des Etats-Unis en faveur de la sécurité des personnes qui déposent les armes, une question cruciale dans les pourparlers », a-t-il relevé.

Les États-Unis, qui n’ont toujours pas retiré les Farc de leur liste des organisations considérées comme terroristes, ont promis en février dernier une aide de 450 millions de dollars pour financer le plan de paix.

Les négociations de paix se sont ouvertes en novembre 2012.

La guerre interne qui déchire la Colombie depuis plus d’un demi-siècle, impliquant guérillas d’extrême gauche, paramilitaires d’extrême droite et forces armées, sur fond de violences des narcotrafiquants, a fait plus de 260.000 morts, 45.000 disparus et 6,6 millions de déplacés.