Série d’exercices en France pour les troupes de Valcartier

69
Exercice CHEVALIER TRICOLORE. Division des groupes en vue d'une pratique de recherche de personnel suite à une avalanche. (12 RBC)
Temps de lecture estimé : 2 minutes
Exercice CHEVALIER TRICOLORE. Division des groupes en vue d'une pratique de recherche de personnel suite à une avalanche. (12 RBC)
Exercice CHEVALIER TRICOLORE. Division des groupes en vue d’une pratique de recherche de personnel suite à une avalanche. (12 RBC)

Environ 150 militaires du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada basés à Valcartier, Québec, ont commencé à s’entraîner dans trois différents exercices avec l’Armée française.

Cet échange vise à créer des contacts qui permettront aux membres du personnel des quartiers généraux, des unités d’infanterie et blindées des deux armées de partager leurs connaissances et leurs compétences.

Qu’il s’agisse d’exercices conjoints, d’échanges de personnel, de discussion sur les politiques stratégiques, ou de coopération dans le cadre d’opérations, le Canada et la France jouissent d’une relation diversifiée, dynamique et mutuellement profitable en matière de défense. Les deux pays continuent de miser sur des liens forts afin de protéger les valeurs et les intérêts communs et promouvoir la paix et la sécurité internationales.

«Les échanges et exercices militaires avec la France assurent le maintien et l’acquisition des savoir-faire dans le domaine interarmées et sur l’interopérabilité. Nos pays font face à des menaces complexes et nos militaires se doivent d’être prêts à travailler conjointement avec les forces armées alliées», a déclaré le colonel Michel-Henri St-Louis, commandant du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada.

Environ 50 membres du quartier général du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC) participent jusuqu’au 18 mars à Mourmelon, en France, à un exercice multinational de poste de commandement avec le Corps de réaction rapide de l’OTAN, dirigé par la France. L’exercice CITADEL JAVELIN évolue dans un environnement couvrant l’ensemble du spectre des conflits afin d’entraîner et préparer l’état-major à assumer les tâches relatives au mandat de haute disponibilité de l’OTAN.

En tout, 1.850 militaires participent à cet exercice, et en plus du 5 GBMC on retrouve des éléments de la 1ère brigade danoise, de la 13ème brigade mécanisée néerlandaise, de la brigade légère belge et de la 56e brigade de combat américaine.

Cette simulation fait partie d’une série d’exercices qui permettra au Corps de réaction rapide France d’obtenir sa certification et prendre la tête de l’alerte OTAN au printemps 2017.

Un peloton du 2e bataillon, Royal 22e Régiment s’entraîne jusqu’au 15 mars à Belfort avec le 35e Régiment d’infanterie français lors d’un échange réciproque d’unité baptisé CASTOR TRICOLORE. La formation vise à améliorer les habiletés de combat en milieu urbain et doit aider les militaires à se familiariser avec l’équipement, les tactiques et la culture de l’Armée française.

Le 12e Régiment Blindé du Canada s’entraîne lui avec le 4e Régiment de Chasseurs de l’armée de Terre française, à Gap, lors d’un échange d’unité baptisé CHEVALIER TRICOLORE jusqu’au 11 mars. L’échange permet aux militaires de s’entraîner à un exercice blindé de reconnaissance dans une région montagneuse et par temps hivernal.

Le Canada et la France entretiennent depuis longtemps une relation de coopération mutuellement profitable en matière de défense et sont unis par un engagement commun envers l’OTAN.