Un membre des forces spéciales victime d’inconduite sexuelle de la part d’un de ses collègues

0
Des troupes du Régiment des opérations spéciales du Canada (ROSC) couvrent leur arc de tir dans le cadre d’un exercice d’entraînement. (Archives/Sergent Donald Clark)
Des troupes du Régiment des opérations spéciales du Canada (ROSC) couvrent leur arc de tir dans le cadre d’un exercice d’entraînement. (Archives/Sergent Donald Clark)

Un mois après la sortie d’un rapport sur les progrès des Forces armées canadiennes dans la lutte contre les comportements sexuels inappropriés, c’est un nouveau cas présumée d’inconduite sexuelle qui arrive, a confirmé le ministère de la Défense nationale, ce mercredi 9 mars.

Un membre des forces spéciales aurait présumément agressée sexuellement un de ses collègues durant un exercice.

Les Forces armées canadiennes ont confirmé que ce potentiel cas aurait eu lieu pendant un déploiement des forces spéciales en Jamaïque, en novembre 2015, dans le cadre de l’exercice TROPICAL DAGGER.

Cette affaire, impliquant deux membres des Forces armées canadiennes du Régiment d’opérations spéciales du Canada situé à Petawawa, en Ontario, fait actuellement l’objet d’une enquête du Service national des enquêtes des Forces canadiennes (SNEFC).

«Pour le moment, nous pouvons dire qu’une fois que ces allégations ont été prononcées, le Commandement [des forces spéciales]a agi rapidement et a communiqué avec le SNEFC pour qu’une enquête soit menée».

D’après les Forces, la présumée victime de cet acte d’inconduite sexuelle s’est vu offrir des services de consultation, de soutien émotionnel et d’autres services, tandis que le présumé agresseur fait l’objet d’une enquête et a été affecté à d’autres fonctions en attendant les résultats de l’enquête.

Une fois l’enquête terminée, il sera décidé si des accusations doivent être portées contre la présumée personne en cause.

Aucun autre détail n’a été donné, y compris les noms, sexes et grades des personnes impliquées.

Les Forces armées canadiennes disent prendre ces accusations «très au sérieux» et sont «déterminées à offrir à tous leurs membres un milieu professionnel sain où ils sont respectés».

Le général Jonathan Vance, lors de sa cérémonie de passation de commandement des Forces armées canadiennes en juillet 2015 avait déclaré ne pas trouver normal que des militaires doivent travailler tout en devant se méfier de leurs collègues. Il a par la suite lancé l’Opération HONNEUR, visant à éliminer les comportements sexuels dommageables et inappropriés au sein des Forces et a changer la culture machiste qui existe.

Il a d’ailleurs récemment demandé à la cheffe du personnel militaire, le lieutenant-général Christine Whitecross, d’augmenter le nombre de femmes dans l’armée, et de passer d’environ 15% des effectifs en 2016 à 25% en 2026.

Fondateur de 45eNord.ca, Nicolas est passionné par la «chose militaire». Il suit les Forces armées canadiennes lors d'exercices ou d'opérations, au plus près de l'action. #OpNANOOK #OpATTENTION #OpHAMLET #OpREASSURANCE #OpUNIFIER

Les commentaires sont fermés.