À cause de la Chine, les pays d’Asie se tournent vers les États-Unis, déclare le chef du Pentagone

0
Photo fournie par les garde-côtes japonais montrant un navire chinois près de l'archipel des Senkaku, le 5 septembre 2013 (AFP)
Photo fournie par les garde-côtes japonais montrant un navire chinois près de l’archipel des Senkaku, le 5 septembre 2013 (AFP)

Les tensions avec Pékin sur la question de la mer de Chine poussent les pays d’Asie à renforcer leurs liens militaires avec les Etats-Unis, a indiqué vendredi le secrétaire à la Défense américain à la veille d’une visite en Inde et aux Philippines.

160409-pacomInfo_web« Presque toutes les nations » d’Asie « nous demandent d’en faire plus » en matière de sécurité, « sur un plan bilatéral ou multilatéral », a souligné Ashton Carter dans un discours devant un cercle de réflexion de New York.

Le secrétaire américain à la Défense sera à partir de dimanche en Inde et aux Philipines, avant de rejoindre ensuite les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite.

Le Pentagone avait initialement fait des plans pour que le secrétaire à la Défense se rende pendant ce voyage en Chine, en réponse à une invitation de Pékin, mais y a renoncé finalement il y a quelques semaines.

Un haut responsable américain a évoqué un problème « d’agenda » pour expliquer cette décision.

Pékin revendique des droits de souveraineté sur la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale et y mène d’énormes opérations de remblaiement d’îlots, transformant des récifs coralliens en ports, pistes d’atterrissage et infrastructures diverses.

Cette stratégie, fermement dénoncée par Washington, exacerbe les vifs différends territoriaux entre la Chine et ses voisins, alors que le Vietnam, les Philippines, la Malaisie et Taïwan font également valoir leurs revendications, qui se chevauchent parfois, sur la zone.

Selon Ashton Carter, les pays de la zone Asie-Pacifique font en ce moment entendre leurs « grandes inquiétudes, publiquement et de manière privée, aux plus hauts niveaux, dans les réunions régionales et dans les réunions internationales ».

« Beaucoup de ces pays frappent à notre porte à nouveau, pour défendre les règles et les principes qui ont permis à cette région de prospérer », a-t-il dit.

Les tensions régionales conduisent les États-Unis à « consentir d’énormes investissements » en terme de capacités militaires sur place, a rappelé par ailleurs le secrétaire à la Défense.

Les États-Unis ont déployé ou prévoient de déployer dans la région leurs armements les plus modernes, comme les avions furtifs F-35 et F-22, des avions de patrouille maritime P-8 Poseidon, des bombardiers stratégiques B-2, ou les tout nouveaux bateaux de guerre furtifs de la classe Zumwalt, a-t-il indiqué.

Les commentaires sont fermés.