Cause IV: expérience de communications transfrontalières Canada-U.S.A. lors d’interventions d’urgence

0


L’expérience binationale Canada- É.-U. appelée CAUSE IV menée du 26 au 28 avril 2016 visait l’amélioration des communications transfrontalières Canada-U.S.A. lors d’interventions d’urgence. (Vidéo: Département américain de la sécurité intérieure/Homeland Security)

Le Canada et les États-Unis (É.-U.) ont uni leurs forces du 26 au 28 avril 2016 afin d’évaluer des technologies qui peuvent aider leurs intervenants et experts en matière de gestion d’urgences respectifs à communiquer et échanger de l’information de manière plus efficace lors de situations d’urgence affectant les deux côtés de la frontière, rapporte aujourd’hui la Défense nationale canadienne.

L’expérience, indique la Défense dans son communiqué, a permis d’acquérir des connaissances qui serviront à orienter des investissements futurs dans le domaine des technologies de communication transfrontalière; les résultats seront présentés dans un compte-rendu après action conjoint canado-américain.

Il s’agissait de la quatrième expérience Canada- É.-U. de renforcement de la résilience, aussi appelée CAUSE IV. Elle portait sur un scénario fictif, soit un orage violent déclenchant une tornade, et comprenait deux vignettes :

Dans la première vignette, les services ambulanciers paramédicaux devaient transporter des patients de la catastrophe fictive et traverser le pont Blue Water, qui relie le Canada et les É.-U. Ceci visait à mettre à l’essai les communications transfrontalières vocales et vidéo en temps réel entre les services paramédicaux, les centres de répartition et les hôpitaux; ainsi que la transmission des données sur les patients entre les ambulances et les hôpitaux. La communication de données vocales et écrites entre les postes frontaliers et les services d’administration des ponts canadiens et américains ont aussi été évaluées étant donné qu’elle facilitait la capacité des ambulances à traverser la frontière le plus efficacement possible.

Dans la deuxième vignette, dirigée par les É.-U., diverses méthodes d’avis publics, dont les médias sociaux, les bénévoles numériques et les logiciels commerciaux, ont été utilisées afin de comparer leur efficacité quand il s’agit d’avertir la collectivité du danger imminent de tornade et des interventions subséquentes. Le système national d’alertes au public (Canada) et de l’Integrated Public Alert and Warning System (IPAWS) des É.-U. ont également été mis à l’épreuve.

« Répondre aux urgences devient de plus en plus difficile puisque ces urgences deviennent plus intenses et plus complexes. Voilà pourquoi les expériences comme CAUSE IV sont si utiles et permettent d’augmenter la sécurité et l’efficacité opérationnelle des intervenants en cas d’urgence en travaillant avec nos homologues américains afin d’améliorer les communications transfrontalières entre le Canada et les États-Unis. », a déclaré le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale,

« L’expérience CAUSE IV nous a permis de faire d’importantes constatations quant aux technologies de communications émergentes qui pourraient renforcer la collaboration transfrontalière. Le gouvernement du Canada est déterminé à appuyer la mise en œuvre de capacités qui offrent aux organisations de gestion d’urgences et aux premiers intervenants les ressources dont il ont besoin pour effectuer leurs activités d’intervention et de rétablissement de la façon la plus sécuritaire et efficace possible. », a déclaré pour sa part le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan.

Faits saillants

Débriefing sur la vignette 2 de Cause IV‏ qui expérimentais diverses méthodes d’avis publics, dont les médias sociaux, les bénévoles numériques et les logiciels commerciaux, ont été utilisées afin de comparer leur efficacité quand il s’agit d’avertir la collectivité du danger imminent de tornade et des interventions subséquentes. (Compte twitter/@DevinRDuncan)
Débriefing sur la vignette 2 de Cause IV‏ qui expérimentais diverses méthodes d’avis publics, dont les médias sociaux, les bénévoles numériques et les logiciels commerciaux, ont été utilisées afin de comparer leur efficacité quand il s’agit d’avertir la collectivité du danger imminent de tornade et des interventions subséquentes. (Compte twitter/@DevinRDuncan)
S’étendant sur près de 9 000 km, la frontière entre le Canada et les É.-U. est la plus longue frontière internationale du monde. Sa longueur représente trois fois la distance entre Paris (France) et Moscou (Russie). La frontière canado-américaine longe huit provinces et territoires canadiens et treize États américains.

Cette démonstration technologique, explique la Défense canadienne, a offert aux participants l’occasion d’employer la technologie dans un contexte fictif afin d’apprendre comment les technologies comme les systèmes de radio, de télécommunications et de médias sociaux, fonctionnent dans diverses situations d’urgence. Les renseignements obtenus peuvent être utilisés pour évaluer la fonctionnalité et la valeur des technologies et pour déterminer les changements qui pourraient être apportés afin d’améliorer leur utilisation dans un contexte opérationnel, ainsi que les procédures et la formation requises afin d’optimiser leur utilisation.

CAUSE IV est un effort de collaboration entre Recherche et développement pour la défense Canada (RDDC), qui est une agence du ministère de la Défense nationale (MDN); Sécurité publique Canada; et la direction des sciences et de la technologie du Département de la sécurité intérieure des États-Unis (DHS S&T), en partenariat avec divers organismes, dont des intervenants d’urgence locaux ainsi que les organismes et ministères fédéraux qui les soutiennent en fonction des compétences nationales dans les régions de Sarnia (Ontario) et de Port Huron (Michigan). Pour consulter une liste exhaustive des partenaires, visitez la page Web de CAUSE IV.

Les commentaires sont fermés.