Don du dernier CC-130 E Hercules traditionnel en service au Musée de l’aviation à Ottawa

0
L'équipage et le CC-130 de modèle E lors du dernier vol de l'appareil. L'Hercules s'apprêtait à décoller vers Ottawa où il sera donné au Musée canadien de l'aviation et de l'espace. (MDN)
L’équipage et le CC-130 de modèle E lors du dernier vol de l’appareil. L’Hercules s’apprêtait à décoller vers Ottawa où il sera donné au Musée canadien de l’aviation et de l’espace. (MDN)

Le Ministère de la Défense nationale a fait don du dernier CC-130 Hercules de modèle E toujours en service au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada. L’appareil a effectué son dernier vol ce matin. Il est parti du 424e Escadron de transport et de sauvetage à Trenton (Ontario) pour atterrir au Musée, à Ottawa. Ce trajet d’environ deux heures a mis le point final à plus de cinquante ans de loyaux services.

Le Hercules intègre ainsi l’exposition permanente du Musée. Ce don contribuera à commémorer l’apport important de l’appareil, véritable bourreau de travail, à l’Aviation royale canadienne.

Les Canadiens pourront bientôt admirer de visu ce fleuron de l’Aviation. Robuste et polyvalent, le Hercules a participé à de nombreuses opérations de recherche et de sauvetage en apportant à maintes reprises du secours aux sinistrés.

« Alors que nous soulignons le dernier vol du dernier CC-130 Hercules de modèle E toujours en service, nous nous souvenons des diligents efforts déployés par les Forces armées canadiennes pour prévenir les incidents en matière de recherche et sauvetage, et pour intervenir en cas d’urgence. Aujourd’hui, prenons un moment pour rendre hommage à ce robuste géant volant qui nous a si bien servi pendant plus de cinq décennies. », a déclaré le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan.

« Le CC-130 Hercules est le pilier de la flotte de mobilité aérienne tactique de l’ARC. Depuis l’acquisition de notre premier Hercules de modèle B en octobre 1960, ce robuste avion de transport nous a fourni un service irréprochable, en temps de paix comme en temps de guerre. En fait, le Hercules est si crucial à la réussite de nos missions que nous avons récemment fait l’acquisition de la plus récente version, soit le Hercules de modèle J. Avec nos anciens appareils de modèle H, le modèle J permet d’offrir un service inégalé au Canada et aux Canadiens », a déclaré pour sa part le lieutenant-général Michael Hood, commandant de l’Aviation royale canadienne, ajoutant « Je suis ravi que l’appareil Hercules no 130307 – le dernier de nos Hercules de modèle E – ait trouvé un domicile permanent au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, à Ottawa, où il servira à illustrer la mobilité aérienne de l’ARC pendant de nombreuses années. »

« Le Musée de l’aviation et de l’espace du Canada est fier de présenter le riche patrimoine du Canada dans le domaine de l’aviation et les jalons importants dans l’histoire et dans la technologie de l’aviation. Nous sommes reconnaissants envers le ministère de la Défense nationale, qui comprend l’utilité de cet appareil au-delà de sa durée de vie active dans l’Aviation royale canadienne et nous acceptons avec gratitude d’être les gardiens de cet avion important pour les générations futures. », a déclaré quant à lui le président-directeur général de la Société des Musées de sciences et technologies du Canada.

Le dernier des Mohicans

L’avion Hercules offert au musée (numéro du fabriquant 382-4041) est le troisième CC-130 de modèle E – et le septième CC-130 – acquis par les Forces armées canadiennes.

L’appareil a débuté son travail avec les Forces le 9 février 1965 et s’est vu attribuer le numéro de série de l’ARC 10307 (et 130307 à partir de mai 1970). Il faisait alors partie de la flotte du 435e Escadron, une unité basée à la Station de l’ARC Namao, en Alberta.

Une dizaine d’années plus tard, cet appareil Hercules a été converti en avion d’entraînement à la navigation. Sa désignation a été modifiée pour CC-130N/NT ou Nav-Herc.

Il a été utilisé par l’École de navigation aérienne des Forces canadiennes à la Base des Forces canadiennes (BFC) Winnipeg.

L’appareil comptait parmi les quatre avions Hercules ainsi modifiés en vue de l’entraînement des navigateurs à bord d’avions de transport (Lockheed CC-130 Hercules) ou d’aéronefs de patrouille maritime (Canadair CP-107 Argus ou, plus tard, Lockheed CP-140 Aurora). Il était possible de modifier la configuration des appareils pour ces deux types d’entraînement en utilisant des consoles amovibles placées sur des palettes conçues par l’entreprise Northwest Industries d’Edmonton. Chacune de ces consoles comportait deux postes de stagiaires ainsi qu’un poste d’instructeur placé un peu plus loin.

Après l’acquisition d’un avion spécifiquement dédié à l’entraînement à la navigation, en 1991, l’appareil offert au Musée a été transféré au 429e Escadron, une unité de transport basée à la BFC Winnipeg. En 1993, il a été converti en avion de recherche et de sauvetage, une version communément appelée CC-130E(SAR). Il a été transféré à la flotte du 424e Escadron, une unité basée à la BFC Trenton, en Ontario.

L’avion Hercules donné au Musée est le dernier des CC-130E et le plus vieil avion Hercules encore en fonction au Canada. On trouve également dans la collection du Musée national de la Force aérienne, à Trenton, un CC-130E Hercules (numéro de série 130314) très semblable.

Bien qu’il ait été conçu au début des années 1950, le Lockheed C-130 Hercules demeure l’un des avions de transport militaire les plus remarquables de l’histoire. Dans toutes les régions du globe, ce véritable camion volant se montre extrêmement durable, fiable et robuste. L’Aviation royale canadienne (ARC) a acquis son premier avion Hercules à l’automne 1960.

Au fil des ans, elle a commandé des modèles améliorés; les nouveaux aéronefs livrés à l’ARC de 2010 à 2012 seront exploités pendant de nombreuses années. L’avion Hercules offert au Musée canadien de l’aviation et de l’espace constitue le plus vieil appareil de ce type au pays. Depuis son entrée en fonction en 1965, il a été utilisé comme avion de transport, d’entraînement à la navigation et de recherche et de sauvetage.

Les étapes préalables à un don

Un bon vieux CC-130 Hercules termine sa carrière au Musée national de l'Aviation ( Archives/Musée national de l'Aviation)
On trouve également dans la collection du Musée national de la Force aérienne, à Trenton, un CC-130E Hercules (numéro de série 130314) très semblable.

Lorsque le Ministère de la Défense nationale fait un don d’équipement à un organisme, plusieurs étapes préalables entrent en ligne de compte.

Le bien est considéré comme excédentaire lorsque:

1) il n’est plus nécessaire au moment présent comme dans le futur, et

2) le Ministère est autorisé à déclarer le bien excédentaire. Après ce « processus de déclaration », plusieurs options d’aliénation sont envisageables.

Le ministère de la Défense nationale (MDN) envisagera la possibilité de faire don de biens lorsque cela contribue à faire avancer les intérêts du Canada en matière de défense ou de politique étrangère, et lorsque ce don a été approuvé comme étant une bonne utilisation d’un bien de la Couronne.

Avant chaque don, le processus de planification de l’aliénation de la Défense nationale contribue à décider si certaines parties de la pièce d’équipement à donner doivent ou non être retirées.

Durant le processus de déclaration, tous les sous-systèmes et pièces de rechange pouvant être utilisés avec d’autres biens seront retirés.

Durant le processus de déclaration, le MDN déterminera si le bien peut être utilisé autrement que pour ses fonctions originales, comme monument ou matériel didactique, par exemple.

Si le MDN détermine que le bien peut être utilisé d’une autre manière, il ne sera pas déclaré excédentaire. Il sera plutôt conservé et converti en conséquence.

Dans le cas du transfert du dernier CC-130 Hercules de modèle E en service au Musée de l’aviation et de l’espace du Canada, la procédure de conservation standard a été appliquée: les réservoirs de carburant seront vidangés et les moteurs, inhibés. Un examen de sécurité approfondi a déterminé que l’appareil ne posait aucun risque pour le public et le personnel du Musée de l’aviation et de l’espace du Canada.

Les commentaires sont fermés.