Irak: les forces de sécurité libèrent plus d’un millier de prisonniers de l’EI

0
Des membres des forces irakiennes, le 2 avril 2016 près de la ville de Hit, dans la province d'Al-Anbar. (AFP/MOADH AL-DULAIMI)
Des membres des forces irakiennes, le 2 avril 2016 près de la ville de Hit, dans la province d’Al-Anbar. (AFP/MOADH AL-DULAIMI)

Les forces irakiennes ont libéré un grand nombre de prisonniers détenus dans une geôle souterraine contrôlée par le groupe extrémiste État islamique (EI), lors d’une bataille pour la reprise d’une localité dans l’ouest du pays aux mains des djihadistes, ont annoncé samedi des responsables.
—–
Mise à jour et démenti 03/04/2016 à 11h45

Des responsables irakiens ont démenti dimanche la libération de prisonniers retenus par le groupe État islamique (EI) à Hit, affirmant que seules des familles avaient été évacuées de cette ville de l’ouest de l’Irak que les forces gouvernementales tentent de reprendre aux djihadistes.

Samedi, un colonel de l’armée irakienne ainsi qu’un responsable de la province occidentale d’Al-Anbar avaient affirmé que les forces irakiennes avaient découvert une prison souterraine lors de leur avancée pour reprendre aux djihadistes la ville de Hit. Selon eux, les 1.500 personnes détenues avaient été libérées.

Mais dimanche le commandant de l’armée responsable pour cette zone, le général Ali Ibrahim Daboun, a démenti ces informations, indiquant qu’aucune prison n’avait été découverte et que seuls des civils avaient été « évacués » de Hit.

Un des responsables d’Al-Anbar qui avait évoqué la libération des 1.500 prisonniers samedi, Malallah al-Obeidi, a de son côté expliqué son erreur en déclarant que des informations initiales évoquaient des prisonniers libérés mais qu’il s’agissait en fait de familles évacuées de la zone où font rage les combats…

—–

Les forces de sécurité ont repris une partie de Hit, l’une des agglomérations les plus importantes de la province d’Al-Anbar toujours sous contrôle de l’EI.

« Au cours de leur avancée pour libérer et nettoyer la localité de Hit de l’organisation (EI), les forces de sécurité ont découvert une grande prison », a affirmé le colonel Fadhel al-Nimrawi. « La prison était souterraine » et détenait 1.500 personnes qui ont été libérées par les forces de sécurité.

Malallah al-Obeidi, un responsable local à Al-Anbar, a lui aussi estimé à environ 1.500 le nombre de prisonniers affirmant qu’il s’agissait surtout de civils.

Mouhannad al-Douleimi, responsable en charge du secteur de Hit, a confirmé la découverte d’une « grande prison » dans la localité, mais n’a pas précisé combien de personnes y étaient détenues.


Les forces irakiennes, ce qui inclut les forces anti-terroristes et l’armée sont entrés le 2 avril dans la partie de Hit dans la province d’Anbar, soutenu par les frappes des forces de la coalition dirigée par les États-Unis, rapporte en images Russia Today.

L’EI s’est emparé de larges pans du territoire irakien au nord et à l’ouest de Bagdad en 2014, mais les forces de sécurité ont depuis repris du terrain aux djihadistes.

Le chef-lieu de la province, Ramadi, a été repris aux jihadistes en décembre. Hit et la ville de Fallouja sont deux des agglomérations les plus importantes d’Al-Anbar encore aux mains de l’EI.

L’Irak a lancé à la mi-mars une offensive pour reprendre Hit, mais un nombre important de troupes ont été retirés de la province d’Al-Anbar pour protéger des manifestants à Bagdad, ce qui risque de ralentir les opérations.

Les commentaires sont fermés.