15h52 (HNE) Chérif Chekatt, l’auteur de l’attentat de mardi contre le marché de Noël à Strasbourg, a été tué par la police jeudi soir dans le quartier Neudorf, a-t-on appris de source proche du dossier.

16h57 (HNE) Le groupe armé État islamique revendique l’attentat de Strasbourg via l’agence Amaq et qualifie son auteur, Cherif Chekatt, de “soldat de l’Etat Islamique”

La bombe d’Hiroshima: John Kerry exprimera sa tristesse, mais ne présenterait pas d’excuses officielles

0
Le Secrétaire d'État américain John Kerry serre la main du ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida le 10 Avril, 2016, au Grand Prince Hôtel à Hiroshima, au Japon, avant la première séance de travail de la réunion ministérielle du G7. (Department of State)
Le Secrétaire d’État américain John Kerry serre la main du ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida le 10 Avril, 2016, au Grand Prince Hôtel à Hiroshima, au Japon, avant la première séance de travail de la réunion ministérielle du G7. (Department of State)

Le secrétaire d’État américain John Kerry, attendu lundi au musée du Mémorial pour la paix de Hiroshima, ne présentera pas d’excuses des États-Unis pour la bombe atomique qui a frappé la ville en 1945, a indiqué dimanche soir un diplomate américain.

« Si vous me demandez si le secrétaire d’État est venu à Hiroshima pour présenter des excuses, la réponse est non », a répondu ce haut responsable du département d’Etat, interrogé par quelques journalistes pour savoir si John Kerry allait exprimer des regrets.

En revanche, « si vous demandez si le secrétaire d’Etat et, je crois, tous les Américains et les Japonais sont remplis de tristesse pour les tragédies qu’ont vécu tant de nos concitoyens, la réponse est oui », a ajouté le diplomate.

John Kerry est arrivé samedi à Hiroshima dans le cadre du G7 des Affaires étrangères, une visite sans précédent pour un chef de la diplomatie américaine.

Elle pourrait ouvrir la voie à celle du président Barack Obama, à l’occasion du Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement fin mai. « Aucune décision n’a été prise » pour l’heure sur son éventuelle venue, a affirmé le responsable.

Le secrétaire d’État doit se rendre lundi matin avec les autres ministres du G7 au musée de la ville martyre.

Le 6 août 1945, le bombardier américain Enola Gay largua une bombe atomique sur Hiroshima qui fit 140.000 morts sur le coup ou des suites des radiations et des brûlures, un acte pour lequel les Etats-Unis ne se sont jamais excusés. Trois jours après, Nagasaki était frappée à son tour (74.000 morts).

Les attaques sur ces deux villes de l’archipel avaient précipité la capitulation du Japon et la fin de la Deuxième guerre mondiale, le 15 août 1945.

Les commentaires sont fermés.