15h52 (HNE) Chérif Chekatt, l’auteur de l’attentat de mardi contre le marché de Noël à Strasbourg, a été tué par la police jeudi soir dans le quartier Neudorf, a-t-on appris de source proche du dossier.

16h57 (HNE) Le groupe armé État islamique revendique l’attentat de Strasbourg via l’agence Amaq et qualifie son auteur, Cherif Chekatt, de “soldat de l’Etat Islamique”

La Turquie frappe des positions de l’EI en Syrie

0
Des roquettes tirées depuis la Syrie touchent le 11 avril 2016 la ville turque de Kilis et la Turquie riposte et frappe des positions de l'EI en Syrie. (Compte Twitter/‏@InfosFrancaises)
Des roquettes tirées depuis la Syrie touchent le 11 avril 2016 la ville turque de Kilis et la Turquie riposte et frappe des positions de l’EI en Syrie. (Compte Twitter/‏@InfosFrancaises)

L’artillerie turque a frappé des positions de l’organisation État islamique (EI) en Syrie, où les djihadistes ont pris le contrôle d’une zone proche de la frontière turque, ont rapporté des médias turcs lundi.

Des mortiers turcs déployés dans la province de Kilis (sud), frontalière de la Syrie, ont tiré des obus contre des objectifs de l’EI, a précisé la chaîne d’information NTV.

Plusieurs roquettes tirées depuis le territoire syrien ont par ailleurs touché lundi la ville de Kilis, faisant au moins quatre blessés civils, a indiqué à l’AFP un responsable local, sans toutefois préciser l’origine de la salve.

Depuis le début de l’année, cette ville a été la cible de plusieurs tirs de roquettes attribués, selon les autorités turques, à l’EI. Ces salves ont tué au moins 4 personnes.

Ce bombardement intervient au lendemain de la reprise par ce groupe d’al-Rai, dans le nord de la Syrie, un point de passage de première importance avec la Turquie dont il avait été chassé la semaine dernière par des rebelles, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Les djihadistes du Front Al-Nosra (affilié à al-Qaïda) et ceux de l’EI ne sont pas concernés par la trêve conclue le 27 février en Syrie sous les auspices des Etats-Unis et de la Russie.

En février, l’artillerie turque avait bombardé des objectifs tenus par les milices du Parti de l’union démocratique (PYD) kurde en Syrie, en représailles selon l’état-major à des tirs venant de l’autre côté de la frontière.

La Turquie s’oppose aux milices kurdes de Syrie, qu’elle considère comme un mouvement « terroriste » car liées au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une rébellion meurtrière depuis 1984 sur son sol. Mais depuis que le cessez-le-feu est appliqué en Syrie, l’armée turque n’a pris pour cible aucune position tenue par des combattants kurdes en territoire syrien.

Les commentaires sont fermés.