Sécurité mondiale: il faudra poursuivre le travail d’Obama, déclare Justin Trudeau à Washington

0
Le premier ministre canadien Justin Trudeau au Sommet nucléaire de Washington le 1er avril 2016. (Compte twitter/@CanadianPM)
Le premier ministre canadien Justin Trudeau au Sommet nucléaire de Washington le 1er avril 2016. (Compte twitter/@CanadianPM)

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a déclaré vendredi 1er avril à l’issue du Sommet nucléaire de deux jours à Washington que la communauté internationale devrait poursuivre le travail de M. Obama lorsqu’il quittera son poste, en janvier 2017.

En outre, le Canada versera 42 millions $ pour contribuer à l’effort international visant à assurer la sécurité nucléaire et 51 millions $ pour renforcer la lutte au terrorisme en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, a annoncé le premier ministre Justin Trudeau.

Le Canada appuie la mise en place d’un cadre multilatéral solide pour lutter contre le terrorisme nucléaire dans le monde, l’une des plus graves menaces qui pèsent sur la sécurité internationale.

La contribution du Canada vise à s’assurer la sécurité nucléaire et à éviter que ce matériel ne se retrouve entre les mains de terroristes. Elle ervira notamment à aider les pays à entreposer leur matériel nucléaire de façon sécuritaire et à financer des organisations telles que l’Agence internationale de l’énergie atomique et Interpol, a annoncé le Canada à Washington.

«Je suis heureux d’avoir participé à ce quatrième et dernier Sommet sur la sécurité nucléaire 2016. Je suis impatient de m’appuyer sur ces réalisations visant à rehausser la sécurité nucléaire à travers le monde.», a déclaré le premier ministre canadien à l’issue du sommet nucléaire de Washington.

En outre, afin de soutenir les efforts de la Coalition mondiale pour lutter contre le groupe armé État islamique, le Canada a aussi annoncé au sommet qu’il investira aussi 51 millions de dollars sur trois ans dans des programmes de renforcement des capacités de lutte contre le terrorisme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Les fonds destinés à la Coalition mondiale pour lutter contre l’EI seront puisés dans les ressources annoncées le 8 février 2016, alors que le Canada présentait sa nouvelle stratégie pour l’Irak, la Syrie, la Jordanie, et le Liban, précise le bureau du premier ministre canadien, qui indique que les programmes aideront à diminuer le flux de combattants terroristes étrangers et à contrer le financement et les messages du groupe djihadiste.

Les fonds serviront également à soutenir des activités de sécurité frontalière dans les pays voisins pour qu’ils deviennent moins vulnérables aux infiltrations du groupe armé ultra-radical.

Menace atomique et projet « d’attentats nucléaires »

Le président américain avait réuni jeudi et vendredi à Washington une cinquantaine de dirigeants de la planète dans le contexte dramatique des attentats djihadistes à Bruxelles (32 morts et 340 blessés) revendiqués par l’EI et d’informations sur un hypothétique projet d' »attentat nucléaire ».

Jeudi, le président avait aussi discuté avec deux de ses alliés, la présidente sud-coréenne Park Geun-Hye et le Premier ministre japonais Shinzo Abe, et promis de « se défendre » contre la menace atomique de Pyongyang, en appliquant les nouvelles sanctions de l’ONU prises le 2 mars.

M. Obama avait également trouvé un terrain d’entente sur le sujet avec le président chinois Xi Jinping, dont le pays est l’allié du régime communiste nord-coréen. Pékin a voté les sanctions onusiennes mais les États-Unis veulent que la Chine fasse monter la pression.

Le président américain Obama, qui quittera le pouvoir en janvier, est le chef d’orchestre du quatrième sommet sur la « sûreté nucléaire » qu’il a créé en 2010 afin d’encourager les États à coopérer et empêcher des « terroristes » de s’emparer de matériaux nucléaires ou d’attaquer des infrastructures nucléaires.

Le sommet s’est achevé par une conférence de presse de M. Obama, qui avait exposé au début de son mandat en avril 2009 dans un discours historique à Prague, sa vision d’un « monde sans armes nucléaires ».

Les sommets organisés par Barack Obama auront aidé à consolider l’inventaire nucléaire mondial et à retirer complètement ce matériel dans certains pays.

Mais il reste toutefois beaucoup de travail reste à faire – le plus grand détenteur d’armes nucléaires dans le monde, la Russie, n’ayant même pas participé au sommet alors que les tensions sont encore vives avec les États-Unis.

160401-nss-2016.Communiqué

*Avec AFP

Les commentaires sont fermés.