Le Centre d’essais techniques Aérospatiale de la Défense teste de nouveaux parachutes

0
Le Centre d’essais techniques Aérospatiale de la Défense teste de nouveaux parachutes. (Twitter)
Le Centre d’essais techniques Aérospatiale de la Défense teste de nouveaux parachutes. (Twitter)

Aujourd’hui, le Centre d’essais techniques (Aérospatiale) (CETA) a mis à l’épreuve un nouveau parachute qui pourrait être utilisé dans le CT-114 Tutor, rapporte le ministère de la Défense.

Cet aéronef est déjà sécuritaire et efficace, mais ce nouveau parachute pourrait représenter une mise à niveau rapide et relativement peu coûteuse pour améliorer la sécurité des pilotes, souligne le communiqué de la Défense..

Un Tutor du Centre d’essais techniques (Aérospatiale) survole le polygone d’évaluation de Primrose Lake, à la 4e Escadre Cold Lake, en Alberta, en 2009. (caporal Kathryn Poudrier/FAC)
Un Tutor du Centre d’essais techniques (Aérospatiale) survole le polygone d’évaluation de Primrose Lake, à la 4e Escadre Cold Lake, en Alberta, en 2009. (caporal Kathryn Poudrier/FAC)
Le CETA, qui se trouve à la 4e Escadre Cold Lake (Alberta), est une installation qui permet au ministère de la Défense nationale (MDN) de mettre rigoureusement à l’essai l’équipement et les aéronefs. Qu’il s’agisse d’essayer du nouvel équipement aérospatial ou de trouver des moyens d’optimiser celui que le MDN possède déjà, le travail du CETA contribue à accroître la sécurité des hommes et femmes en uniforme. En moyenne, le CETA gère environ 30 projets ayant divers niveaux de complexité.

Le gouvernement du Canada est déterminé, annonce également le communiqué de la Défense, à investir dans la recherche et le développement, et cherche continuellement des moyens de devenir plus innovateur. Une installation comme le CETA, qui permet de recueillir de l’information et des connaissances pour soutenir le MDN dans sa prise de décision, est essentielle pour faire la transition vers une force militaire moins lourde et plus efficace.

« Le CETA travaille sans relâche pour innover et exécuter les essais en vol toujours plus efficacement. Les essais d’un nouveau parachute sur le CT-114 Tutor illustre bien le travail fait en ce sens. Installer un nouveau système d’éjection est complexe et cher. Aujourd’hui, nous essayons de déterminer si un parachute modernisé peut améliorer le niveau de sûreté du système d’éjection à un coût relativement bas. », a expliqué le Colonel M.R. Barker, commandant du CETA.

Les essais

Le CETA mène des essais sur le système d’abandon d’urgence du CT-114 Tutor afin de déterminer quelles modifications pourraient améliorer son rendement. Il est possible qu’un nouveau parachute modifié puisse représenter une mise à niveau rapide et relativement peu coûteuse qui pourrait améliorer la sécurité des pilotes.

La phase 1 des essais a eu lieu plus tôt ce mois-ci et incluait des sauts d’un CH-146. Ces sauts visaient à mesurer les caractéristiques de déploiement des parachutes et à évaluer le rendement d’un parachute d’évacuation d’urgence modernisé.

« Black Thunder »

La phase 2 a eu lieu les 27 et 28 avril. Lors de cette phase, les spécialistes du CETA ont utilisé un véhicule d’essais terrestre pour projeter des sièges éjectables et des mannequins. Ce véhicule, dénommé « Black Thunder », est essentiellement une puissante camionnette ayant un châssis modifié capable de projeter un siège éjectable. L’équipe chargée des essais a observé la trajectoire d’éjection du mannequin, la hauteur qu’il a franchie, la hauteur à laquelle la voile du parachute est stable, et la rapidité de descente du mannequin.

Les commentaires sont fermés.